De la pandémie à l’endémie : vivre avec les contaminations, l’inflation et des taux plus élevés

23
Berlin-Allemagne | Les actualités économiques et financières

Par Stéphane Monier, Chief Investment Officer Lombard Odier Private Bank

Points clés

  • Le variant Omicron est hautement contagieux mais moins létal ; il peut ralentir la croissance économique, mais non l’entraver
  • De nouveaux médicaments antiviraux viennent renforcer les traitements et les gouvernements adaptent les règles de quarantaine afin d’atténuer les pénuries de main d’œuvre à court terme
  • Les marchés de l’emploi se rétablissent et les banques centrales accélèrent la normalisation de leurs politiques ; la semaine dernière, les rendements obligataires ont augmenté
  • Nous pensons que l’équilibre des moteurs du marché est positif, soutenant les actifs risqués, tandis que les incertitudes concernant la pandémie et la normalisation des politiques monétaires et fiscales maintiendront une volatilité élevée.

Six semaines après que l’Organisation mondiale de la santé a qualifié Omicron de « variant préoccupant », les données suggèrent qu’il est plus contagieux mais moins susceptible de conduire aux soins intensifs ou de provoquer la mort. Par conséquent, la nouvelle souche peut ralentir mais non entraver la croissance économique, alors que les marchés se concentrent sur une inflation élevée et la fin des achats d’actifs par les banques centrales.

Au niveau mondial, les cas de Covid sont environ trois fois plus nombreux que lors des précédents pics de 2020, ce qui reflète à la fois un rythme de contamination beaucoup plus rapide du variant Omicron et des taux de dépistage plus élevés. Selon l’OMS, les cas quotidiens atteignaient un nouveau pic de 2,6 millions le 6 janvier. Le 22 décembre, une étude de l’Imperial College de Londres a estimé que les patients d’Omicron couraient 45% de risque en moins de finir à l’hôpital que ceux atteints par le Delta.

L’augmentation des taux de transmission est néanmoins une arme à double tranchant. Chaque fois qu’un virus nous contamine, il crée des copies de lui-même qui comportent des erreurs ou des mutations. Le côté positif, c’est qu’Omicron pourrait améliorer l’immunité collective, au risque de générer un nouveau variant. L’expérience de l’Afrique du Sud au cours des dernières semaines est éclairante à cet égard. Alors que 27% seulement du pays est entièrement vacciné et que les contaminations ont atteint un record à la mi-décembre, la mortalité quotidienne est six fois moins élevée qu’il y a un an.

Vous avez trouvé cette publication intéressante ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne / 5. Nombre de votes :

Aucun vote pour l'instant. Soyez le premier à noter cette publication.

Lombard Odier
WRITEN BY

Lombard Odier

Lombard Odier est une banque privée suisse présente à l'international et spécialisée dans la gestion de fortune et d'actifs et les technologies bancaires.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Newsletter

* champs obligatoires

Veuillez sélectionner les communications que vous souhaitez recevoir

Vous pouvez vous désinscrire à tout moment en cliquant sur le lien en pied de page de nos e-mails. Pour plus d'informations sur nos pratiques de confidentialité, veuillez visiter notre site.

Nous utilisons Mailchimp comme plateforme d'envoi. En cliquant ci-dessous pour vous abonner, vous reconnaissez que vos informations seront transférées à Mailchimp pour traitement.En savoir plus sur les pratiques de confidentialité de Mailchimp.