Des politiques monétaires de plus en plus divergentes

Les bourses européennes repartent à la hausse après le soutien affiché de la Banque Centrale Européenne à son économie. A l’inverse, la remontée progressive des taux annoncée la veille aux Etats-Unis fait retomber le marché américain. Entre les deux, l’annonce d’une remontée immédiate des taux par la Banque d’Angleterre fait décoller la finance britannique.

3
Dette privée | Les actualités économiques et financières

La BCE n’envisage pas de hausse de taux l’an prochain

Ce n’est pas vraiment une surprise mais la Banque Centrale Européenne maintient ses taux inchangés. Pour mémoire, le taux de rémunération des liquidités des banques auprès de l’Institution est négatif depuis 2014 et plus précisément de -0,50% depuis l’été 2019. Dans son communiqué, la Présidente Christine Lagarde juge « très improbable » une remontée de ces taux en 2022. En revanche, elle précise que l’inflation fait l’objet d’une attention particulière et réduit en conséquence ses achats d’actifs donc la création monétaire.
Pour les marchés le message est clair, la BCE continue de soutenir l’économie. Les actions repartent donc de l’avant.

Les valeurs cycliques portent le CAC

A Paris les valeurs « cycliques » dont les résultats sont très corrélés à la croissance économique, sont plébiscitées. ArcelorMittal, Stellantis et Total Energies prennent la tête du CAC40. Juste derrière, Airbus gagne 2,4% après la signature de nouveaux contrats au détriment de son concurrent Boeing. Ce dernier perd -2,4% à Wall Street.

La Banque d’Angleterre prend tout le monde de court

C’est une surprise, la Banque d’Angleterre a annoncé une première remontée de ses taux. Ils passent de 0,10% à 0,25%. Elle devance ainsi la Fed américaine qui annonçait la veille son intention de remonter les siens en 2022. Cette décision inattendue fait immédiatement décoller le secteur financier britannique qui vient tirer le FTSE, la CAC40 anglais, vers le haut.

Le Nasdaq retombe avec la hausse annoncée des taux américains

Les choses sont plus compliquées à Wall Street où les indices baissent tout au long de la séance et finissent au plus bas.
Les valeurs technologiques qui composent l’essentiel du Nasdaq, subissent le contre-coup de la remontée des taux américains annoncée la veille pour 2022. Les sociétés de logiciel, dont la croissance est nourrie par des liquidités abondantes décrochent. L’éditeur Adobe chute de plus de 10% après des prévisions en deçà des attentes du marché. Ce mouvement entraine également les acteurs européens du secteur « techno » comme le français STMicroelectronics qui termine en queue du CAC40 à -1,7%.

Le Dow Jones s’enfonce après des statistiques économiques décevantes

Les statistiques économiques publiées dans la journée finissent par avoir raison du Dow Jones qui bascule à son tour dans le rouge en deuxième partie de séance. Les indicateurs sur l’emploi et la dynamique de l’industrie, ressortent moins bons que prévu. La hausse du secteur financier permet néanmoins au Dow Jones de garder la tête hors de l’eau.

Vous avez trouvé cette publication intéressante ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne / 5. Nombre de votes :

Aucun vote pour l'instant. Soyez le premier à noter cette publication.

Portzamparc
WRITEN BY

Portzamparc

Portzamparc, un leader en France de l'accompagnement
en Bourse des investisseurs privés, des PME-ETI et des sociétés de gestion.

Newsletter

* champs obligatoires

Veuillez sélectionner les communications que vous souhaitez recevoir

Vous pouvez vous désinscrire à tout moment en cliquant sur le lien en pied de page de nos e-mails. Pour plus d'informations sur nos pratiques de confidentialité, veuillez visiter notre site.

Nous utilisons Mailchimp comme plateforme d'envoi. En cliquant ci-dessous pour vous abonner, vous reconnaissez que vos informations seront transférées à Mailchimp pour traitement.En savoir plus sur les pratiques de confidentialité de Mailchimp.