La lettre hebdo Dorval AM : croissance, inflation et stagflation

6
Note | Les actualités économiques et financières
La lettre hebdo Dorval AM. Le processus de révision à la baisse de la croissance et à la hausse de l’inflation a popularisé le concept de « stagflation ». Il ne semble pourtant pas très approprié dans un contexte de baisse du chômage et de réouverture des économies.

Dorval AM : Depuis le début de l'été les indicateurs économiques ont surpris à la baisse

Depuis plusieurs semaines la coexistence de surprises économiques négatives et de pressions inflationnistes stimule l’imagination « stagflationniste » des commentateurs (graphique 1). Selon les défenseurs du scénario de stagflation, l’économie mondiale fait face à un choc d’offre négatif (goulets d’étranglement, difficultés de recrutement, insuffisance de stocks, choc énergétique…) qui va ralentir l’économie (voire faire remonter le chômage) et accélérer l’inflation, mettant les Banques centrales dans une position très difficile.

Il est exact que le côté offre de l’économie représente aujourd’hui une contrainte à la reprise. C’est un phénomène habituel en sortie de récession lorsque les entreprises ont coupé leurs stocks et leurs capacités de production, et que la demande repart fortement. Après la grande fermeture du Covid-19, tous ces effets sont exacerbés. S’y ajoutent sans doute des phénomènes plus structurels (insuffisance d’investissement passé, transition énergétique, nouvelles habitudes de travail ou de consommation…). Ces contraintes se traduisent dans une économie de marché par des hausses de prix. Mais ces hausses sont le résultat d’une demande forte qui bute sur des ralentisseurs et non pas d’un choc négatif qui détruit les capacités de production.

Mais pendant que la communauté des investisseurs s’inquiète des contraintes sur le secteur des biens, elle en oublie parfois le secteur des services. Or, la maitrise récente du variant Delta non seulement en Europe et aux Etats-Unis mais probablement aussi en Asie (graphique 2) va permettre de réactiver le secteur des services, bien plus pourvoyeur d’emploi que celui des biens et moins sensible aux contraintes de la globalisation. Aux Etats-Unis, l’atténuation récente de la crise sanitaire pourrait par ailleurs contribuer à détendre la situation sur le marché du travail.

Dorval AM : La maîtrise du variant delta va soutenir l'économie mondiale

 

Dans ce contexte, quid de l’inflation ? Pour commencer le point haut de l’accélération des prix est probablement derrière nous, en tous cas aux Etats-Unis (graphique 3). Mais il est vrai que les dernières statistiques de prix sont ambiguës, avec certaines mesures qui accélèrent (CPI médian) et d’autres qui décelèrent (core CPI, prix à la production). Par ailleurs, le risque de voir l’inflation s’installer à un niveau plus élevé qu’avant la crise du Covid va dépendre de la persistance des hausses de salaires. Pour l’instant elles sont visibles dans certains secteurs aux Etats-Unis, mais c’est beaucoup moins vrai en Europe, sans parler du Japon.

Dorval AM : Le pic de l'inflation us semble passé

Enfin, les Banques centrales appellent de leurs vœux une inflation un peu plus rapide depuis longtemps. Il ne s’agirait pas de craquer à la première occasion dès que l’objectif semble atteignable. Par ailleurs les Banques centrales ne restent pas sans réagir, d’autant que les anticipations d’inflation à long terme ont remonté ces dernières semaines. Notamment, la réduction des achats d’obligations par la Fed est désormais relativement balisée avec une annonce en novembre, un début en décembre et une fin à l’été 2022. Certaines banques centrales ont déjà un peu remonté les taux, et d’autres pourraient bientôt le faire (Angleterre).

Il est difficile de savoir à quelle vitesse les goulets d’étranglement vont se résorber. La maitrise du virus dans l’usine du monde asiatique va probablement aider mais d’autres contraintes sont plus persistantes, et d’autres sont imprévisibles (prix du gaz naturel et du pétrole pendant l’hiver). Mais même si l’inflation s’avérait plus forte que prévu, nous ne pensons pas qu’il faille en tirer des conclusions très négatives pour la croissance globale. Nous maintenons donc une vision positive pour les marchés actions, même si celle-ci reste tempérée par les effets de la tendance à la remontée des taux d’intérêt.

Vous avez trouvé cette publication intéressante ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne / 5. Nombre de votes :

Aucun vote pour l'instant. Soyez le premier à noter cette publication.

Dorval Asset Management
WRITEN BY

Dorval Asset Management

Dorval Asset Management est une société de gestion reconnue dans les domaines des stratégies flexibles et des actions européennes pour performer sur le long terme. Agréée par l'AMF depuis 1993, le capital est détenu à hauteur de 50.1% par Natixis Asset Management et 49.9 % par ses collaborateurs. Dorval Asset Management pratique une gestion de conviction à vocation patrimoniale, caractérisée par une gestion active, éloignée des indices. Dorval Asset Management a la conviction que dans le monde financier actuel, une approche flexible est nécessaire pour apporter une gestion de qualité à ses clients.

Newsletter

* champs obligatoires

Veuillez sélectionner les communications que vous souhaitez recevoir

Vous pouvez vous désinscrire à tout moment en cliquant sur le lien en pied de page de nos e-mails. Pour plus d'informations sur nos pratiques de confidentialité, veuillez visiter notre site.

Nous utilisons Mailchimp comme plateforme d'envoi. En cliquant ci-dessous pour vous abonner, vous reconnaissez que vos informations seront transférées à Mailchimp pour traitement.En savoir plus sur les pratiques de confidentialité de Mailchimp.