L’activité s’essouffle en Europe, la 5ème vague est l’explication

L’incertitude liée au nouveau variant du Covid pèse sur l’activité économique en décembre.

109
Pays europe | Les actualités économiques et financières

Tous les indicateurs d’enquêtes du mois se dégradent. C’est notamment le cas des indices liés aux services.
Cette dynamique est dans la lignée de ce qui se passe depuis le début de la crise sanitaire puisque les contraintes sanitaires s’appliquent d’abord aux services.

En France, l’indice du climat des affaires se replie de presque 4 points tout en restant bien au-delà de de la moyenne à 100. Le niveau de 109.6 en décembre traduit toujours une vive hausse de l’activité. En décembre, le niveau de cet indicateur est en-dessous de sa moyenne du trimestre montrant effectivement une inflexion de l’activité. Néanmoins, son niveau moyen au dernier trimestre est supérieur à sa moyenne du 3ème trimestre. L’hypothèse d’un taux de croissance positif au T4 ne peut pas être remis en cause au regard de cet indicateur même si le profil n’est plus à l’accélération comme le montre le deuxième graphe.

L’inflexion de l’activité se constate lorsque l’on compare les indicateurs composites (calculés sur la production des secteurs manufacturier et de services).

Le mouvement est particulièrement fort en Allemagne. L’indice composite est à 50. Il traduit l’impact de la moindre progression de l’indice manufacturier. Cela reflète l’impulsion plus réduite en provenance de la Chine depuis l’été (ceci est aussi bien observé via l’IFO (que l’on aura demain)).

Dans les services, en raison des très forts taux d’incidence depuis novembre, l’activité ralentit fortement.

L’indice synthétique des services qui est une moyenne pondérée de différentes mesures de l’activité des services est tombée à 50 en décembre.

L’indice synthétique du secteur manufacturier recule nettement en T4 à 57.7 contre 62.3 au cours de l’été et pour l’indice des services, le repli est encore plus fort à 51.5 au dernier trimestre contre 57.6 durant l’été. La progression du PIB allemand au T4 va être très réduite.

Alors que les indicateurs français sont plutôt stables dans l’enquête Markit, les indices européens sont tirés à la baisse par l’Allemagne.

Le mystère britannique demeure. L’optimisme des chefs d’entreprise continue de me surprendre !!!

Vous avez trouvé cette publication intéressante ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne / 5. Nombre de votes :

Aucun vote pour l'instant. Soyez le premier à noter cette publication.

Philippe Waechter - Ostrum AM
WRITEN BY

Philippe Waechter - Ostrum AM

Philippe Waechter est Directeur de la Recherche Economique chez Ostrum Asset Management. Auparavant il a été chef économiste chez Natixis Asset Management et à la Bred Banque Populaire. Il est diplômé de 3ème cycle de l’Université de Paris I. En 2003-2004, il avait été nommé Professeur Associé en Economie et Finance à l’Université d’Evry. Il est actuellement Chargé de cours à l’Ecole Normale Supérieure de Cachan. Il a été membre associé du Conseil Economique et Social d’Ile de France. En 2008 il a publié avec Martial You « Subprimes, la faillite mondiale » aux Éditions Alphée

Newsletter

* champs obligatoires

Veuillez sélectionner les communications que vous souhaitez recevoir

Vous pouvez vous désinscrire à tout moment en cliquant sur le lien en pied de page de nos e-mails. Pour plus d'informations sur nos pratiques de confidentialité, veuillez visiter notre site.

Nous utilisons Mailchimp comme plateforme d'envoi. En cliquant ci-dessous pour vous abonner, vous reconnaissez que vos informations seront transférées à Mailchimp pour traitement.En savoir plus sur les pratiques de confidentialité de Mailchimp.

A ne pas manquer :

Focus sur : BDL Transitions