Sous les pavés, la vase

28
Macro-économie | Les actualités économiques et financières

Les informations sur le front de l’épidémie restent mauvaises. Il faut continuer d’ajuster les perspectives de court terme, qu’il s’agisse de croissance ou de prix. Dans le même temps, la logique des « petits gestes » accommodants en matière de politique économique se poursuit en Chine. Rien de surprenant et en n’oubliant pas que l’essentiel est l’évolution d’un modèle qui s’éloigne un peu plus de la logique libérale qui est celle des marchés. Aux Etats-Unis, la perspective d’une ratification du plan de relance environnemental et social est remise en cause. Et avec elle l’espoir d’une économie plus soutenable et plus inclusive.

Par Hervé Goulletquer, Stratégiste

Les nouvelles sur le front de l’épidémie ne sont pas bonnes. Le nombre de cas atteint ou est proche des sommets dans les principaux pays européens et la tension hospitalière se fait plus forte. Au niveau mondial, en prenant juste un peu de recul, comment ne pas ressentir un certain découragement en observant le profil des nouveaux cas : la courbe est sinusoïdale, sans qu’on puisse vraiment remarquer une tendance un tant soit peu baissière ? Certes, le nombre de décès recule ; il reste cependant élevé. Dans ces conditions, de nouvelles restrictions aux déplacements des personnes sont prises. La logique n’est pas celle du confinement. Et puis l’économie « a appris » à vivre avec le COVID. L’orientation de la croissance reste haussière ; l’ampleur des mouvements prévus devra pourtant être revue à la baisse pour le premier trimestre 2022. Avec quelles conséquences sur le profil des prix ? La maladie, on l’a vu, désorganise le processus de production et de distribution.  A ce titre, elle génère davantage de tensions. Même si dans un premier temps les choses paraissent se calmer.

COVID - Monde : message plus rassurant côté des décès que des cas

Voilà pour le cadre général de l’environnement des marchés. Regardons maintenant certains détails, apparus tout récemment. Ils concernent la politique économique. Commençons par la Chine. Une nouvelle décision d’assouplissement a été pris par les autorités, avec une baisse de 5 centimes du loan prime rate à un an (de 3,85% à 3,80%). Le geste est modeste, mais s’inscrit dans la logique des « petits pas » déjà repérée ces dernières semaines. Rappelons ainsi la réduction de 50 centimes du coefficient de réserves obligatoires des banques commerciales, mise en place le 15 décembre. Il y a visiblement une volonté de piloter la conjoncture économique ; c’est-à-dire d’éviter les soubresauts de l’activité et d’assurer dans la mesure du possible un niveau de croissance « acceptable » (autour de 5% l’an). Cela ne doit pas faire oublier le plus, important : l’évolution du modèle économique, avec le curseur se déplaçant de la logique de marché vers une autre plus étatique. Ce contexte contrasté, entre le structurel et le conjoncturel, n’est pas des plus simples à appréhender pour l’investisseur. Attention à ne pas le transformer en « âne de Buridan » ! Avec un bémol cependant ; si le placement en actions est rendu compliqué, celui en titres d’Etat paraît plus simple et relativement attractif. Un taux long à 10 ans se positionne un peu en-dessous de 2,90%, avec une perspective plutôt stable, et le yuan est fort. Reste à prendre la mesure du risque pays chinois !

Passons aux Etats-Unis. Le devenu fameux sénateur démocrate de Virginie occidentale a décidé de ne pas voter le plan de relance environnemental et social (appelé Build Back Better), initié par le Président Biden. Comme il n’y aura pas de compromis avec une partie des élus républicains su ce projet, l’impossibilité de former une majorité démocrate au Sénat empêche un vote favorable. Le texte s’en trouve bloqué. Sauf rebondissement (toujours possible ; mais les commentaires d’hier et de ce matin ne vont pas dans cette direction), il s’agit ici d’une défaite de la Maison Blanche dans sa volonté de transformer en profondeur le pays. Elle est partagée avec la majorité du Parti démocrate et principalement avec son aile gauche. Le marché devrait réagir à plusieurs niveaux : à court terme, moins de croissance et aussi moins d’inflation ; une trajectoire budgétaire, menant du court au moyen termes, avec des déséquilibres plus contenus qu’il s’agisse de défit ou de dette. Toutes choses égales par ailleurs, les taux longs devraient plutôt baisser et la bourse, se replier. Il ne faudrait cependant pas oublier la toile de fond : la perspective d’une économie plus inclusive et plus soutenable est au minimum questionnée. Et ça, ce n’est surement pas une bonne nouvelle !

Vous avez trouvé cette publication intéressante ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne / 5. Nombre de votes :

Aucun vote pour l'instant. Soyez le premier à noter cette publication.

Herve Goulletquer - LBPAM
WRITEN BY

Herve Goulletquer - LBPAM

Directeur Adjoint de la Recherche, Hervé Goulletquer est titulaire d’une Maîtrise d’Econométrie, d’un DEA de Conjoncture et Politique Economique et diplômé de l’Institut d’Administration des Entreprises de Paris.

Après des débuts chez Framatome, il a effectué toute sa carrière dans le secteur financier. Il était en dernier poste Responsable mondial de la recherche marchés du Crédit Agricole CIB, où il gérait et animait un réseau d’une trentaine d’économistes et de stratégistes situés à Londres, Paris, New York, Hong Kong et Tokyo.

Ses champs d’expertises couvrent l’économie mondiale, les marchés de capitaux et l’arbitrage entre classe d’actifs.

Il produit une recherche quotidienne et hebdomadaire, et communique sur ces thèmes auprès des investisseurs français et internationaux.

Newsletter

* champs obligatoires

Veuillez sélectionner les communications que vous souhaitez recevoir

Vous pouvez vous désinscrire à tout moment en cliquant sur le lien en pied de page de nos e-mails. Pour plus d'informations sur nos pratiques de confidentialité, veuillez visiter notre site.

Nous utilisons Mailchimp comme plateforme d'envoi. En cliquant ci-dessous pour vous abonner, vous reconnaissez que vos informations seront transférées à Mailchimp pour traitement.En savoir plus sur les pratiques de confidentialité de Mailchimp.