25% de hausse salariale dans le secteur automobile américain…Et moi, et moi, et moi

Après 40 jours de grève et d’intenses négociations, le syndicat des travailleurs américains du secteur automobile a obtenu en octobre dernier un accord de revalorisation salariale historique portant sur les cinq prochaines années. Cet épisode n’est pas un cas isolé. Depuis la pandémie, nous assistons en effet à une augmentation généralisée des rémunérations et ce, dans la plupart des pays développés, à tel point que la crainte d’une « boucle prix-salaires » s’était même immiscée chez certains, avant de s’apaiser durant l’année. Pour des raisons structurelles, il se pourrait cependant qu’un certain nombre de facteurs puissent redonner aux salariés un pouvoir de négociation plus élevé.

Comme pour de nombreux concepts économiques, il existe plusieurs façons de mesurer l’évolution des salaires.

Toutefois, quelle que soit la méthode utilisée, les faits sont têtus. Les salaires nominaux (non retraités de l’inflation) ont crû partout dans le monde. Aux États-Unis, l’indice du coût de l’emploi affiche désormais une progression annuelle de 4,30 % en septembre 2023, après avoir culminé à 5,1% fin 2022. Si l’on s’attarde sur un indicateur plus précis, fourni par la Fed d’Atlanta, ce sont les travailleurs qui ont changé de poste au cours de ces dernières années qui ont le plus « profité » de la situation. En Europe, même son de cloche. Les salaires négociés en zone Euro ont crû de 4,7 % sur un an au 3ème trimestre 2023, un plus haut historique depuis les années 90. Au Royaume-Uni, la progression salariale y est encore plus élevée puisqu’elle gravite autour de 7 à 8 %. Même au Japon, pays connu pour ses périodes de déflation, le phénomène est palpable. Les négociations avec les syndicats locaux ont abouti à une revalorisation salariale d’un montant inédit de plus 30 ans..! En 2022 et sur une partie de l’année 2023, les salaires nominaux ont « couru » après l’inflation. Un mouvement de modération salariale s’est néanmoins enclenché depuis quelques mois, à mesure de l’apaisement de la hausse des prix. Cela est plus patent outre-Atlantique que sur le vieux continent, où davantage de données devront encore être accumulées pour s’en assurer.

Dans tous les cas, et dans le sillage de la désinflation, ces mesures commencent à redevenir positives en termes réels (retraitées de l’inflation). Cela ne doit toutefois pas occulter l’érosion nette cumulée depuis les premières poussées inflationnistes en Europe, ce qui modère les anticipations d’une reprise forte de l’activité liée à un regain de pouvoir d’achat en 2024.

En prenant cette fois une longue vue, des facteurs structurels plus profonds pourraient expliquer la mise en place d’un régime quelque peu différent en comparaison de la décennie pré-Covid. Parmi ceux-ci, on retrouve les suspects régulièrement identifiés au sein de ces colonnes.

Le vieillissement de la population des pays développés pourrait avoir un effet rétrécissement sur la force de travail et ainsi induire une plus grande tension sur le marché, qui se traduirait in fine par un accroissement du pouvoir de négociation des salariés. L’option de recourir à l’immigration ne suffirait alors pas à absorber ce différentiel, d’autant que le chemin vers la transition écologique a le potentiel d’engendrer de nouveaux emplois, de même que la thématique de la régionalisation et de la relocalisation (onshoring[1], nearshoring…) de certains pans de l’économie pour gagner en souveraineté.

Aussi, l’avènement et le déploiement de l’intelligence artificielle représente à la fois une menace et une opportunité. Une menace, en remplaçant certaines tâches effectuées aujourd’hui par des humains. Une opportunité par les gains de productivité induits, la montée en qualification des travailleurs (qui se formeraient à l’utilisation de ces outils) et par la possibilité d’absorber des hausses de salaires. En net, l’effet demeure incertain. Pas tout à fait la fin du néo libéralisme, pas tout à fait non plus le retour d’un syndicalisme américain au niveau des années 70, mais une nouvelle ère, digérant un certain nombre d’écueils mis en évidence depuis la Covid pourrait donc donner un peu plus de pouvoir au facteur « travail »…

Termes et définitions
1. onshoring. Le “onshoring” est un terme utilisé dans le domaine des affaires et de la production pour décrire le…

Rechercher un fonds

NomISINCatégoriePerf.YTD
Gay-Lussac Microcaps A FR0010544791 Actions Euro. Microcaps -1.38 %
Pictet – Clean Energy (P) LU0280435388 Actions techno. 1.59 %
Auris Euro Rendement R EUR Acc LU1599120273 Obligations Europe 0.36 %
Ofi Invest ISR Valeurs Euro IC FR0007045604 Actions Zone Euro 4.41 %
Invesco Euro Equity Fund A Dist LU1240328903 Actions Zone Euro -0.21 %
ODDO BHF Metropole Euro SRI A FR0010632364 Actions Zone Euro 2.02 %
Amundi Funds Euroland Equity R Eur LU1883305846 Actions Zone Euro 3.81 %
Lazard Actions Euro IC FR0010259945 Actions Zone Euro 6.08 %
DNCA Opportunités Zone Euro C FR0012316180 Actions Zone Euro 0.97 %
Echiquier Value Euro A FR0011360700 Actions Zone Euro 0.61 %
Goldman Sachs Eurozone Equity Income R EUR Cap LU1273028123 Actions Zone Euro 3.48 %
R-co Conviction Equity Value Euro C Eur FR0010187898 Actions Zone Euro 0.09 %
Sycomore Fund Sustainable Tech RC EUR LU2181906426 Actions techno. 15.99 %
ODDO BHF Artificial Intllgnc CR-EUR LU1919842267 Actions techno. 10.64 %
CPR Invest Glbl Dsrpt Opp A EUR Acc LU1530899142 Actions techno. 11.30 %
BGF Next Generation Technology A2 EUR H LU1861216510 Actions techno. 6.60 %
EdR SICAV Tech Impact A EUR FR0013488244 Actions techno. 4.31 %
Janus Henderson Glb Tech&Inno A2 HEUR IE0002167009 Actions techno. 12.36 %
Tocqueville Global Tech ISR C FR0013529914 Actions techno. 15.22 %
Allianz Cyber Security WT H2 EUR Acc LU2357305882 Actions techno. 7.13 %
Echiquier Artificial Intelligence B EUR LU1819480192 Actions techno. 14.29 %
Mélanion BTC Equities Universe UCITS ETF EUR FR0014002IH8 Cryptos -5.72 %
TOBAM Bitcoin CO2 Offset Fund A1 FR0013293859 Cryptos 35.63 %
La Française Carbon Impct Flt Rt TC USDH FR001400D724 Obligations Europe 1.36 %
Carmignac Pf Flexible Bond A USD Acc H LU0807689749 Obligations Europe 0.53 %
Income Euro Selection P FR0010363648 Obligations Europe 1.90 %
Ostrum Euro ABS Opportunities I(C) EUR FR0010286195 Obligations Europe 1.45 %
DNCA Invest Credit Conviction N EUR LU1234712617 Obligations Europe 1.33 %
Hottinguer Oblig C FR0010269803 Obligations Europe 1.38 %
Ecofi Taux Variable C FR0011045137 Obligations Europe 1.22 %
Octo Crédit Value C FR0013192622 Obligations Europe 1.25 %
GS European ABS – I Cap EUR LU1900228542 Obligations Europe 2.09 %

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Prec.
L’important ce n’est pas la chute…
Suiv.
Les marchés espèrent mais Jerome Powell refroidit les attentes
Plus de publications