Marchés émergents (Chine) | FiBee : Les actualités économiques et financières

Actions chinoises, asiatiques et des marchés émergents : y a-t-il une lumière au bout du tunnel ?

Après un début d’année difficile, le renforcement des mesures de relance budgétaire et l’assouplissement de la politique monétaire ont amélioré les perspectives de la Chine. De nombreux défis subsistent, mais nous pensons que les actions chinoises offrent des opportunités d’investissement intéressantes. Le ralentissement actuel de l’économie chinoise, la hausse de l’inflation et les perturbations des chaînes d’approvisionnement seront probablement sources de volatilité à court terme sur les marchés asiatiques, mais ces tendances ne devraient pas remettre en cause les dynamiques structurelles à l’œuvre dans de nombreux pays émergents.

À l’heure actuelle, le principal risque pesant sur la croissance chinoise est la politique « zéro Covid » menée par le gouvernement, qui annule l’impact positif de l’assouplissement prudent des politiques et de l’atténuation des perturbations sur les chaînes d’approvisionnement. La situation du secteur immobilier est également problématique. Les pénuries de liquidités des promoteurs risquent de freiner encore davantage la construction de logements, mais Pékin n’a pas tardé à réagir en annonçant un gel du remboursement des crédits immobiliers ainsi que des mesures visant à relancer les projets de construction en suspens et à résorber le déficit de financement des promoteurs.

Chine – Une actualité plus encourageante 

Depuis le mois de mai, les autorités chinoises affinent progressivement leurs mesures restrictives, notamment en réduisant les périodes de quarantaine et en imposant des confinements rapides et ciblés. Les campagnes de rappel mais aussi les vaccins devront gagner en efficacité pour permettre à la Chine de sortir de sa politique « zéro Covid ».

Selon nous, à moyen terme, les politiques devraient devenir plus favorables à la croissance et à l’activité des entreprises. Pékin, qui a déjà annoncé des mesures de soutien à l’économie, dispose des ressources financières suffisantes pour aller encore plus loin.

Le secteur manufacturier revient en force grâce à la politique de « double circulation » de la Chine, qui encourage la fabrication de produits à haute valeur ajoutée et de matériel technologique tout en cherchant à substituer une partie des importations et à promouvoir l’autosuffisance technologique.

La volonté de la Chine à assouplir ses politiques monétaire et budgétairedevrait contribuer à relancer la croissance. Nous pensons que de nouvelles mesures favorables seront prises dans les secteurs où l’État dispose d’une marge de manœuvre importante. Ces mesures devraient :  

  • soutenir la construction et le marché immobilier
  • doper les investissements dédiés aux ponts et aux routes, mais aussi à l’informatique, l’intelligence artificielle, les centres de données, les projets environnementaux et les véhicules électriques (cf. Graphique 1).  

Nous jugeons actuellement les facteurs techniques des marchés actions très favorables. Compte tenu de la forte décote des actions chinoises par rapport à leurs homologues américaines, les investisseurs devraient selon nous exploiter les incertitudes récentes des marchés pour accroître leur exposition à long terme à la Chine.

Notre équipe de gestion Actions Grande Chine continue à privilégier les valeurs de croissance de grande qualité dont les fondamentaux sont capables de résister au ralentissement macroéconomique.

Nous investissons dans les entreprises bénéficiant d’un fort pouvoir de fixation des prix et recherchons des opportunités d’investissement à long terme dans les secteurs les plus à même de bénéficier des évolutions structurelles :  

  • Technologies et innovations vertes
  • Montée en gamme de la consommation
  • Concentration sectorielle.  

Asie et marchés émergents – Croissance de la demande intérieure

Selon nous, la trajectoire de la croissance jusqu’en 2023 dépendra des politiques déployées par les différents gouvernements pour maîtriser l’impact de la Covid, du redémarrage de l’activité économique et des mesures prises face à l’inflation.

Le ralentissement de la Chine, l’augmentation des pressions inflationnistes et les perturbations des chaînes d’approvisionnement seront probablement sources de volatilité à court terme en Asie. Toutefois, ces tendances sont davantage susceptibles d’entamer que de remette complètement en cause les dynamiques structurelles positives dans de nombreux pays émergents.

Le principal moteur de la reprise asiatique dans le sillage de la pandémie de Covid – la demande extérieure – commence à s’essouffler. Face au ralentissement de la croissance mondiale, il est primordial de donner la priorité aux opportunités liées à la demande intérieure.

En Asie, certains marchés de l’ASEAN (notamment Singapour et la Thaïlande) ont bénéficié d’un redémarrage précoce de l’activité économique cette année, grâce à des taux de vaccination plus élevés. La mobilité dans les frontières intérieures a commencé à se normaliser en Indonésie et aux Philippines. La Corée du Sud et le Japon ont récemment annoncé une ouverture accrue des frontières.

Grâce à cette relance de l’économie, ce sont l’Inde et l’ASEAN qui enregistrent les importations réelles les plus soutenues. En outre, en Inde, les bilans plus sains des entreprises et leur regain de confiance sont de bon augure en matière d’investissement.

Par nature, les économies d’Indonésie et des Philippines affichent un biais envers la demande intérieure et bénéficient d’une reprise de la consommation. Les réformes structurelles menées aux Philippines devraient soutenir l’investissement privé et constitué un moteur supplémentaire de la demande intérieure.

Selon nous, l’évolution du comportement des consommateurs après la pandémie de Covid aura des répercussions à long terme et incitera certains grands pays asiatiques à mettre davantage l’accent sur la consommation intérieure et les investissements. La Chine, par exemple, mise sur la consommation et une croissance de grande qualité, alors que les autorités indiennes réorientent radicalement leur politique à long terme en faveur de l’augmentation de la demande intérieure et des capacités de production.

Des valorisations intéressantes sur les marchés asiatiques et émergents

Les actions asiatiques et des marchés émergents intègrent désormais en grande partie la dégradation de la conjoncture économique mondiale. [1] Les estimations actuelles en matière de bénéfice par action (BPA) pour 2023 sont supérieures à celles pour 2022. Le niveau modéré des valorisations, le positionnement modeste des investisseurs et la solidité des fondamentaux offrent une protection contre la volatilité à court terme.

Notre stratégie à long terme pour la région ASEAN dans un environnement post-Covid s’articule autour de quatre grands thèmes :  

  • croissance des investissements directs étrangers
  • Urbanisation [2]
  • Montée en gamme de la consommation
  • Commerce électronique et dématérialisation.  

Notre équipe dédiée aux marchés asiatiques et émergents fait preuve de sélectivité et privilégie les tendances structurelles, les modèles économiques les plus fiables et les sociétés de grande qualité, faiblement endettées, capables de générer des performances durables et affichant des profils ESG (environnement, social et de gouvernance) sains ou en amélioration.

Nous anticipons des divergences accrues de performance entre les actions, le marché se focalisant à nouveau progressivement sur les fondamentaux et les perspectives de croissance durable.

LIRE CHINA / ASIA / GLOBAL EMERGING MARKETS 2023 OUTLOOK: RESTARTING THE GROWTH ENGINE

Références

[1] Voir aussi Indian equities outshine EMs as economy bounces, home investors buy in (bnpparibas-am.com) 

[2] Voir aussi Les villes asiatiques durables :une opportunité d’investissement séduisante et urgente (bnpparibas-am.com)  

Avertissement

Veuillez noter que les articles peuvent contenir des termes techniques. Pour cette raison, ils peuvent ne pas convenir aux lecteurs qui n’ont pas d’expérience professionnelle en matière d’investissement. Les opinions exprimées ici sont celles de l’auteur à la date de la publication, sont fondées sur les informations disponibles et sont susceptibles de changer sans préavis. Les équipes de gestion de portefeuille peuvent avoir des opinions différentes et prendre des décisions d’investissement différentes pour différents clients. Le présent document ne constitue pas un conseil en investissement. La valeur des investissements et les revenus qu’ils génèrent peuvent évoluer à la baisse comme à la hausse, et les investisseurs sont susceptibles de ne pas récupérer leur investissement initial. Les performances passées ne préjugent pas des performances futures. Les investissements sur les marchés émergents ou dans des secteurs spécialisés ou restreints sont susceptibles d’afficher une volatilité supérieure à la moyenne en raison d’un haut degré de concentration, d’incertitudes accrues résultant de la moindre quantité d’informations disponibles, de la moindre liquidité ou d’une plus grande sensibilité aux changements des conditions de marché (conditions sociales, politiques et économiques). Pour cette raison, les services de transactions de portefeuille, de liquidation et de conservation pour le compte de fonds investis sur les marchés émergents peuvent être plus risqués.

Prec.
Pourquoi le bitcoin et l’ether repartent fortement à la hausse
Suiv.
Biodiversité & Santé, un lien vital