Adyen: moins 50% en trois jours! 

Adyen, fleuron de la tech européenne, entrée dans le STOXX 50 en fanfare il y a trois ans, a perdu en quelques jours la moitié de sa capitalisation boursière.

Post-gamelle, on est à €24 Mds de capi.

Question 1: pourquoi cette baisse ? J’ai lu quelques commentaires pas convaincants. Par contre, ce qui est certain, c’est que vu les niveaux de valorisations d’Adyen avant la baisse, ce qui s’est passé était forcément dans les scénarii possibles. Le multiple était autour de 30x les ventes (!). La bonne image, c’est l’équivalent de rouler à 280km/h sur l’autoroute: le moindre imprévu peut se transformer en drame.

Question 2: est-ce le moment de rentrer? La plupart des commentateurs expliquent que la baisse de l’action est due à la continuelle augmentation des embauches, qui pèsent sur les marges. Mais moi, si j’étais actionnaire d’Adyen, c’est l’inverse qui me ferait peur: au 1er semestre, le total des salaires du groupe représente €250M. C’est bien faible pour maintenir et développer une solution tech dans le domaine difficile du paiement. Block, un des concurrents d’Adyen, met à peu près 4x plus d’argent sur la table sur la même période. Les autres concurrents, Paypal ou Apple, ont des moyens encore beaucoup plus importants. 

Je connais mal le secteur et mal le titre. Mais je sais qu’il y a du risque ( cf Lending Club, Wirecard)  et que comme disait Audiard “Quand les mecs de 130 kilos disent quelque chose, les mecs de 60 kilos les écoutent.” Et Adyen est bien, vu ses moyens, dans la catégorie “60 kilos” mais boxe avec des “130 kilos”. (Mal foutu le monde du business, on devrait demander à Don King de nous pondre un règlement plus fair).

Conclusion: Non, on ne rentrera pas d’Adyen aujourd’hui chez Monocle.

Prec.
L’Espresso des marchés du 23 août 2023
Suiv.
“Dr Copper” : la fin d’une ère ?
Plus de publications

Abonnez-vous

Abonnez-vous et recevez toutes les semaines notre newsletter économique et financière.