Amazon : “La Main de Dieu”

Article cette semaine dans le Financial Times de Robert Armstrong -un des vieux de la vieille – intitulé “Les Sept Mercenaires”.

Il parle des 7 stocks qui font le marché cette année – Alphabet, Amazon,Apple, Microsoft, Meta, Nvidia et Tesla.

Il les séparent en trois groupes:

– les “pas trop chères par rapport au reste du marché” : Alphabet, Meta

– les “chères” : Apple, Microsoft

– les “hors de prix”: Amazon, Nvidia, Tesla

Et il colle ce petit tableau.

La capitalisation boursière d’Amazon c’est $1,300 Mds.

Pour que le PE de 50 soit juste, il faudrait qu’Amazon réalise un résultat  net cette année de $26 Mds.

 Sur les trois dernières années, le profit net réalisé par Amazon – en excluant le gain puis la perte sur la valorisation de Rivian- c’est $17 Mds; $18Mds et $8Mds. 

Au premier trimestre 2023, Amazon a réalisé $3 Mds de profit. On est loin du compte.

D’où vient la différence?

D’ici:

Ca c’est un extrait d’un rapport d’analyste récent. Je ne vous mets pas le nom de la banque mais c’est une des vingt premières mondiales.

Comme vous le voyez, entre le résultat opérationnel reporté et celui ajusté qu’utilise l’analyste, il y a un écart de $20 Mds. Il n’y a même pas d’explications pour le calcul de l’ajustement mais j’imagine qu’il retire les stock-based-compensation. Ce débat est vieux comme le monde: cette charge doit être évidemment inclue (un test simple pour vérifier: si elle ne compte pour rien il n’y a qu’ à la supprimer, vous verrez rapidement la réaction des salariés).

Voilà comment, avec un bon “ajustement”, on arrive à un PE de 50 alors que le vrai est au dessus de 70.

Autrement dit, si Amazon avait réellement un PE de 50, l’action serait 30% plus bas.

Si les règles ne s’appliquent plus évidemment le jeu est différent. 

C’est comme au football: si on a le droit de mettre des buts avec les mains, ça change la donne.

En 1986 face à l’Angleterre, c’est Maradona qui avait fait cela. Il avait poussé le ballon de sa main dans le but anglais. Et malgré les caméras, le but avait été validé.

Quand on l’avait interrogé, il avait dit: “c’est la main de Dieu.”

Mais qu’est-ce que la main de DIeu vient faire dans les comptes d’Amazon?

Prec.
La chronique Bourse du 15 juillet 2023
Suiv.
Inflation : c’était temporaire ?
Plus de publications

Abonnez-vous

Abonnez-vous et recevez toutes les semaines notre newsletter économique et financière.