Marchés obligataires | La revue de presse économique et financière

Analyse de marché : “l’inflation rassure”

• Les pays émergents ont connu une certaine volatilité
• Aux Etats-Unis, l’inflation ressort en-dessous des attentes
• Forte variation de cours pour le pétrole

Si, au global, les actions mondiales ont peu évolué, les écarts entre régions et entre secteurs ont été plus importants. De même, les taux d’emprunt d’Etat américains sont assez stables sur la semaine mais ont évolué dans une bande de presque 0,10% au gré des statistiques économiques et en amont de la réunion de la Fed les 21 et 22 septembre prochains.

D’un point de vue géographique, les pays émergents ont connu plus de volatilité, principalement en Chine où les statistiques ont confirmé le ralentissement du mois d’août, accentué par les contraintes sanitaires. La progression des ventes au détail s’est largement tassée. La hausse n’était que de 2,5% sur un an au mois d’août, largement en-dessous des attentes à +7%. De plus, l’annonce que Evergrande ne pourrait payer les intérêts de sa dette en septembre a aussi pénalisé les actions chinoises.

Aux Etats-Unis, en revanche, les statistiques économiques étaient plutôt bien orientées. L’inflation totale et cœur pour le mois d’août est ressortie en-dessous des attentes et en léger retrait par rapport à juillet. Cela a rassuré les investisseurs et va dans le sens de la Fed sur le caractère temporaire de l’inflation, dans la mesure où cette baisse est majoritairement due à la baisse des prix dans les secteurs qui avaient contribué à la hausse tels que le secteur du tourisme et les voitures d’occasion. Du côté des indicateurs d’activité, les surprises étaient positives sur les indicateurs de la Fed de New York (Empire Manufacturing) et Philadelphie. Les ventes au détail au mois d’août ont été publiées en hausse de +0,7% alors qu’elles étaient attendues en baisse de -0,7%.

Un des actifs avec la plus forte variation de cours a été le pétrole, porté vers le haut par les ruptures de production aux Etats-Unis après le passage de l’ouragan mais aussi par la révision à la hausse des prévisions de demande de l’OPEP pour 2021 et 2022. Cela a porté les actions du secteur de l’énergie qui ont enregistré les meilleures performances.
Dans ce contexte, nous conservons notre neutralité sur les actifs risqués avec une préférence pour les actions européennes et japonaises. Sur les taux, nous restons prudents sur les obligations gouvernementales et privilégions le crédit.

Lire la suite

Vous avez trouvé cette publication intéressante ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne / 5. Nombre de votes :

Aucun vote pour l'instant. Soyez le premier à noter cette publication.

Merci pour votre vote !

Vous pouvez ajouter un commentaire (optionnel).

Dites-nous en plus (optionnel) :

Total
1
Shares
Publications similaires
Titrisation | La revue de presse économique et financière
+ PLUS

Reflation, inflation ou les deux?

Le bilan positif en février pour les actions mondiales (+2,2 % pour l’indice MSCI AC World en dollars) ne reflète pas fidèlement les récentes préoccupations des investisseurs. Alors que de nouveaux points hauts avaient été atteints à la mi-février (où la hausse par rapport à fin janvier atteignait 6,6 %), la fin du mois a en effet été marquée par un net recul des indices boursiers sur fond de brutales tensions des taux longs américains. Le scénario d’une reprise cyclique en 2021 reste d’actualité et explique la hausse des actions et des cours des matières premières (+17,8 % pour le baril de WTI, repassé au-dessus de 60 dollars au plus haut depuis le tout début de 2020) et le repli des actifs « refuge », comme les obligations gouvernementales ou l’or. En effet, les investisseurs semblent désormais considérer que la montée en charge de la vaccination va permettre le retour à la vie normale et sont moins attentifs aux nouvelles toujours préoccupantes sur la pandémie (hausse des contamina..