Années 1970/ 2020, même combat ? NON !

Vous avez sûrement vu passer à plusieurs reprises sur les réseaux sociaux ce graphique calquant l’épisode inflationniste des dernières années aux Etats-Unis sur celui des années 1970. Avec en filigrane l’idée suivante : attention, après une accalmie en 2024, l’inflation va fortement repartir en 2025, surtout si les banques centrales baissent sensiblement leurs taux !

Une telle conclusion suscite évidemment l’intérêt et le buzz, mais elle ne repose sur aucun fondement solide. Pourquoi ? Car elle occulte une point crucial : la deuxième vague d’inflation des années 1970 n’est pas apparue ex-nihilo ! Elle est venue de la succession de deux chocs géopolitiques majeurs au Proche-Orient, la révolution islamique en Iran en 1979 puis la guerre Iran-Irak à partir de fin 1980, qui ont fait s’envoler les cours du pétrole, alors même que la demande augmentait dans un contexte de reprise économique mondiale.

Certes, on ne peut tout à fait exclure la répétition d’un tel scénario aujourd’hui, par exemple si le conflit Israélo-palestinien s’étendait au Liban et à l’Iran et enflammait tout le Proche-Orient. Mais cela revient à jeter une pièce en l’air ! Et d’ailleurs, même si ce choc géopolitique survenait, la conclusion pourrait être assez différente. Car depuis les années 1970, une chose a radicalement changé : grâce à l’exploitation des hydrocarbures de schiste, les Etats-Unis sont devenus les premiers producteurs mondiaux de pétrole et sont exportateurs nets, avec un record de 3,99 millions de barils/j atteint au 1e semestre 2023. Cela change grandement la donne.

En économie, les comparaisons historiques sont toujours utiles pour comprendre les situations présentes et tenter de prévoir les trajectoires futures. Mais il ne suffit pas pour cela de calquer deux courbes l’une sur l’autre, sans tenir compte du contexte global et des différents paramètres qui ont mené aux situations étudiées.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Prec.
COP28: un verre à moitié plein ou à moitié vide ?
Suiv.
Marchés boursiers : Noël avant l’heure ?
Plus de publications