Bourse | La revue de presse économique et financière

Banques privées: accélération du processus de consolidation

Agence SAND

Pour Christian Hintermann de KPMG, les conditions de marché toujours favorables incitent certains établissements à se rapprocher.

Une tendance unidirectionnelle depuis plusieurs années. En l’espace d’une décennie, le nombre de banques privées en Suisse a diminué de plus d’un tiers. Alors que l’on comptait encore 158 banques privées en 2011, on ne dénombrait plus que 96 établissements de ce type en juillet 2021. Et il ne devrait plus y en avoir que 93 à la fin de cette année, indique l’étude «Clarity on performance of Swiss Private Banks», réalisée conjointement par KPMG et l’Université de Saint-Gall (HSG). L’écart entre les grandes et petites banques s’est encore creusé l’an dernier. Ainsi, les plus grandes banques privées ont enregistré un afflux net d’argent frais affichant un taux de croissance de 3,6% en moyenne en 2020, comparé à 2,4% pour les établissements de taille moyenne et par rapport à des retraits atteignant 2,9% pour les plus petites banques. Les différences sont également marquées au niveau de la rentabilité : ainsi les grandes banques ont légèrement amélioré leur ratio coûts/revenus à 74,2% l’an dernier (75,3% en 2019), tandis que ce ratio s’est détérioré à 95% (85,3% en 2019) chez les petites banques. Du côté des banques de taille moyenne, ce ratio a atteint 83,9% en 2020 (82% en 2019). Quels sont les principaux enseignements que l’on peut tirer de cette étude? Entretien avec Christian Hintermann, Partner Financial Services chez KPMG Suisse et co-auteur de l’étude.

Lire la suite

Vous avez trouvé cette publication intéressante ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne / 5. Nombre de votes :

Aucun vote pour l'instant. Soyez le premier à noter cette publication.

Merci pour votre vote !

Vous pouvez ajouter un commentaire (optionnel).

Dites-nous en plus (optionnel) :

Total
2
Shares
Publications similaires