Bourse de Paris : Le Nasdaq se rebiffe, Netflix coule

J’ai souvent écrit que les résultats d’entreprises du 1er trimestre 2022 risquaient de réserver quelques mauvaises surprises, mais ce n’est pour l’instant pas le cas, au contraire. Aux Etats-Unis, ils ont même réveillé les indices hier. Bon il faudrait voir à ne pas trop s’enflammer, mais le constat est assez clair : les sociétés ont l’air de bien gérer l’environnement inflationniste, pour l’instant.

Les indices actions sont partis dans tous les sens hier, après le weekend de Pâques. Et si la reprise était teintée de rouge pour les places boursières européennes, Wall Street a fortement rebondi pour terminer au plus du jour, grâce aux valeurs cycliques et aux valeurs technologiques. Par opposition, l’énergie, le pari le plus consensuel de l’année 2022, a reculé. Ce regain d’appétit pour le risque a été alimenté par les résultats d’entreprises, notamment ceux de Johnson & Johnson. Les premières publications de sociétés aux Etats-Unis sont globalement plus robustes que prévu, ce qui crée un sentiment positif d’autant plus exacerbé que les remous actuels faisaient craindre des déceptions.

Lire la suite

Prec.
Le billet Monocle : Un petit tour au Bellagio?
Suiv.
Augmentation des risques pour la croissance chinoise