CAPRI Holdings : A vos sacs, prêts, partez !

Rare chez nous – oui je le sais – de l’optimisme.

Je vais essayer d’en faire bon usage.

Nous avons initié plusieurs positions en portefeuille depuis la semaine dernière et je vais vous parler aujourd’hui d’une en particulier :  CAPRI Holdings (actuellement à 2% du fonds).

Même si le nom de la société n’évoque pas grand chose de prime abord, je suis persuadé que nos lectrices seront plutôt familières avec les marques du groupe et que la gent masculine qui nous suit devrait les connaître par le biais de leurs épouses, filles ou petites-amies (amies tout court également!).

En effet, CAPRI détient les entités Versace, Jimmy Choo et Michael Kors – pour être tout à fait précis, il s’agissait de Michael Kors jusqu’aux acquisitions de Jimmy Choo en 2017 puis de Versace en 2018 ayant conduit au regroupement sous la holding CAPRI.

La société est gérée depuis 2003 par John D. Idol. Ce point est crucial car Idol est un excellent PDG – avec un track record de qualité – et a notamment été derrière le rachat de Donna Karan par LVMH en 2001 (il en était alors le PDG) lorsque la marque iconique était en grande difficulté financière. Il est donc familier des situations complexes et a prouvé sa capacité à retourner des businesses lors de mauvaises passes.

Faisons un saut dans le temps pour revenir à la semaine dernière, au 8 février précisément – le jour de la publication des résultats. Le cours de CAPRI a dévissé de -25% à la Bourse de New York pour une raison simple : les marges opérationnelles sont sorties nettement en dessous de ce qui avait été annoncé par le management et de ce qu’anticipait le marché (de 21% à 16% d’une année sur l’autre notamment à cause de performances moins bonnes que prévues sur le segment wholesale).

A ce niveau, cela n’en a pas encore l’air, mais il s’agit à nos yeux d’une excellente opportunité d’investissement : en segmentant les trois divisions voici ce qu’il en ressort sur les 12 derniers mois :

Versace : ventes 1100M, résultat opérationnel 190M

Jimmy Choo : ventes 650M, résultat opérationnel 30M

Michael Kors : ventes 3900M, résultat opérationnel 900M

En appliquant les métriques de valorisation du luxe sur Versace et Jimmy Choo (environ 3,5x les ventes et 20x le résultat opérationnel) – ces deux marques se valorisent entre 4 et 6Mds indépendamment de Michael Kors. Au cours actuel, cela implique une valorisation comprise entre 2 et 3Mds pour la seule marque Michael Kors (soit environ 0,75x les ventes sur les 12 derniers mois et 3x seulement le résultat opérationnel).

Cela nous semble extrêmement peur cher payé surtout compte tenu de la transition annoncée vers un modèle plus tourné vers le “DTC” (direct to consumer) à marges plus importantes. Avec un patron de grande qualité et des perspectives très négatives déjà dans le cours, il en ressort une excellente opportunité d’investissement selon nos critères chez Monocle.

Comme quoi, dans ces marchés tirés par les sentiments, certaines pépites peuvent émerger, et il suffit de se balader à Paris lors de la Fashion Week pour les trouver !

Excellente semaine,

Max

Prec.
Face à la vague de resserrement monétaire mondial le marché de l’immobilier s’érode
Suiv.
Un CAC 40 à 8.000 points, c’est délirant ?
Plus de publications

Abonnez-vous

Abonnez-vous et recevez toutes les semaines notre newsletter économique et financière.