Les catégories :

Articles

1366 publications
Lettre | La revue de presse économique et financière
+ PLUS

“Carmignac’s Note” du mois de mars

Nous indiquions dans notre Note de janvier que « l’année 2021 pourrait s’avérer plus complexe pour les marchés que ce qui semble généralement admis ». Cette mise en garde se confirme dès ce mois de mars, les marchés commençant à bruisser du risque que pourrait leur faire courir une poursuite de la hausse déjà enclenchée des taux d’intérêt à long terme, en particulier américains. Les taux d’intérêt ayant parfois la fâcheuse idée de prolonger leurs mouvements initiaux d’une accélération soudaine, il nous semble justifié d’expliquer davantage notre réflexion sur ce sujet dès maintenant. L’expérience suggère qu’en général une hausse des taux d’intérêt dans sa phase initiale envoie un message plutôt favorable aux marchés d’actions : elle signale une embellie économique et ne menace pas encore une détérioration importante du coût du capital. Cette analyse est confortée aujourd’hui par le niveau absolu des taux d’intérêt, très loin de ceux qui historiquement ont pu poser un problème pour la v..
Bourse | La revue de presse économique et financière
+ PLUS

Marchés obligataires : une désinvolture coupable de la Fed ?

Les propos de Jerome Powell n’ont pas convaincu les marchés obligataires, qui ont poussé le 10 ans américain de nouveau autour des 1.60% ! La Fed donne-t-elle le sentiment de ne pas se préoccuper de ce qui se passe sur les taux souverains ? Qu’est ce que les marchés attendent vraiment d’elle ? L’analyse de Véronique Riches-Flores, économiste et présidente de RF Research. Ecorama du 8 mars 2021, présenté par David Jacquot sur Boursorama.com Source : Boursorama advertisement: Cette actualité est fournie par Fibee App
Actions | La revue de presse économique et financière
+ PLUS

L’inflation : ce chat de Schrödinger

“Il n’y a pas un sujet aussi préoccupant dans l’esprit d’un citoyen américain que l’inflation” écrivait le journaliste Theodore H. White en 1979. En 1980, c’est en frappant sur le terrain de la hausse des prix que Reagan a affronté le Président sortant Jimmy Carter. Six ans auparavant en France, c’était l’obsession du candidat Mitterrand face à Giscard d’Estaing. Pour le Président de la FED à la même époque, Paul Volcker, il fallait “combattre l’inflation, quel que soit le prix à payer sur le front de l’emploi”, une doctrine à l’opposé de celle de Jerome Powell aujourd’hui. L’inflation est une arme dans le débat politique car elle contraint le pouvoir d’achat, érode la valeur de l’épargne, influe sur la valeur d’une devise par rapport à une autre. Comme la TVA, elle s’impose universellement à tous, mais elle frappe davantage les foyers les plus modestes en raison du poids plus important dans leurs dépenses des achats les plus sensibles à la hausse des prix (alimentation, essence, élec..
Prévisions | La revue de presse économique et financière
+ PLUS

Un nouveau paradoxe sur les marchés

L’optimisme quant à la reprise économique mondiale s’est encore renforcé. Aux États-Unis et en Europe, la confiance de l’industrie et des consommateurs s’est quelque peu améliorée. En janvier, les dépenses des consommateurs américains ont fait augmenter les ventes au détail d’au moins 7,4 % annualisés. Les consommateurs ont été ravis de recevoir leurs chèques de relance destinés aux ménages et par la poursuite d’une politique monétaire visant à stimuler l’économie. L’épargne des ménages américains a atteint 1 500 milliards de dollars et les nouvelles mesures de relance qui sont en préparation vont encore l’augmenter. L’épargne est le résultat d’une consommation différée, de sorte que la croissance potentielle de la demande finale semble garantie aux États-Unis. Selon certaines estimations, le plan de relance de l’administration Biden conduira même à une stimulation excessive, s’il est mis en œuvre. L’optimisme a également été stimulé par les avancées du programme de vaccination et la..