Ce qui fait que les économies ne sont pas vraiment en récession

Nous documentons cette analyse par les situations des États-Unis et de la zone euro.

Certaines caractéristiques de ces économies sont similaires à celles observées durant une récession : recul violent de l’investissement logement des ménages, des prix de l’immobilier résidentiel et commercial ; contraction de l’offre de crédit aux ménages pour le logement et aux entreprises.

Mais d’autres caractéristiques de ces économies diffèrent fortement de celles observées dans une récession : profitabilité restant élevée des entreprises, poursuite des créations d’emplois et persistance de la tension sur les marchés du travail avec l’absence de gains de productivité, progression des exportations avec celle du commerce mondial. Ces caractéristiques favorables des économies sont suffisantes pour éviter l’apparition d’une vraie récession, seulement une croissance faible ou très faible doit être envisagée.

Prec.
BCE : pourquoi une pause n’est pas à l’ordre du jour
Suiv.
Market Live Trading
Plus de publications

Abonnez-vous

Abonnez-vous et recevez toutes les semaines notre newsletter économique et financière.