Chine | La revue de presse économique et financière

Chine : la reprise poussive de la consommation constitue un frein pour la croissance et la transition

En Chine, la demande des ménages reste le maillon faible de la reprise économique. En avril, les ventes au détail n’ont pas confirmé son fort rebond observé le mois précédent. Celles-ci ont progressé de 17,7 % sur un an après 34,2 % en mars (cf. graphique 1). Par rapport à avril 2019, la hausse s’est décélérée à 4 %. Pour rappel, la tendance annuelle enregistrée avant la crise sanitaire était à 8 % en moyenne en 2019.

La décélération de la consommation a concerné toutes les catégories. Les ventes de biens matériels tels que les produits de première nécessité, cosmétiques, culturels ou les biens durables (notamment automobiles), qui avaient bondi après la pandémie, ont perdu leur élan. De leur côté, les secteurs notamment le tourisme et les transports restent à la traine alors que les restrictions préventives ont été enlevées avec la baisse du nombre de nouveaux cas contaminés au Covid-19 dans le pays. Les dépenses dans la restauration continuent d’évoluer à un rythme en-deçà de ceux observés avant la crise.

Si une amélioration est envisageable dans les prochains mois en raison des aléas saisonniers favorables (début de la période de vacances d’été) et un potentiel élevée au regard de l’épargne cumulée durant la crise, elle restera graduelle. En effet, le risque sanitaire n’a pas totalement disparu en raison d’une immunité collective encore faible alors que la campagne de vaccination ne fait que débuter. Depuis la mi-mai, quelques foyers de contaminations ont été de nouveau repérés dans l’Est et le Nord-est du pays (Anhui, Liaoning). Parallèlement, la baisse du revenu disponible engendrée par la crise continuera vraisemblablement de peser sur la dynamique de la demande des ménages. Le doute réside aussi dans la trajectoire de l’inflation (cf. graphique 2). Si cette dernière est contenue à ce stade, la hausse des prix à la production (6,8 % sur un an, un plus haut depuis quatre ans) met les marges des entreprises sous pression et risque in fine de se répercuter sur les consommateurs. Enfin, le changement de mode de consommation vers les ventes digitales et le déplacement de la structure de la demande vers les classes aisées ne semblent pas fournir une base solide à une reprise durable alors que le vieillissement de la population s’accélère.

Chine : ventes au détail (variations sur un an, %)
Chine : indices des prix (variations sur un an, en %)

La reprise poussive de la consommation aura alors un double impact. Le premier concerne la trajectoire de croissance à court terme. Jusqu’à présent, la reprise économique est tirée principalement par la demande extérieure et, dans une moindre mesure, les dispositifs de soutien aux investissements publics en infrastructure. La réouverture des économies développées a dopé la demande vis-à-vis des produits industriels chinois. Selon le Bureau National des Statistiques, la contribution à la croissance des exportations nettes s’est élevée à 3,6 % en 2020 (cf. graphique 3). Cette tendance va se normaliser au second semestre. En l’absence de relais domestiques, la reprise chinoise devrait se modérer et la croissance de l’activité va se converger vers son rythme d’avant crise. Pour rappel, nous projetons une croissance du PIB de 8,2 % en 2021 puis 5,5 % en 2022.

Le second concerne le rééquilibrage du modèle de croissance. Entamé depuis 2012, la transition va prendre davantage de temps. En 2020, la part de la consommation dans le PIB a reculé à 37,6 % contre plus de 39 % avant la crise (cf. graphique 4). Pour combler les retards, Pékin a accéléré les annonces dans le cadre du nouveau plan quinquennal 2021-2025. Désormais, le développement de la consommation privée passera par deux canaux. Il s’agira d’une part de réduire les inégalités régionales grâce notamment à l’accélération du processus d’urbanisation et à l’assouplissement du système Hukou. Régime administratif discriminatoire, ce dernier est source d’inégalités dans les déplacements et les installations des travailleurs ruraux vers les villes, créant in fine d’inégaux accès à l’éducation, aux soins de santé et à la protection sociale entre les travailleurs migrants et les résidents permanents dans les zones urbaines. D’autre part, il sera important de réduire l’épargne élevée des ménages grâce à l’amélioration du développement du marché du travail pour une augmentation régulière du revenu disponible et une meilleure redistribution de richesse de l’Etat vers les ménages et donc un meilleur système de protection sociale (retraite, sécurité sociale). Reste à voir si dans les années qui viennent les autorités chinoises prendront tous les dispositifs nécessaires à la réussite de leur stratégie. Cette dernière nous semble pour l’heure difficile et très longue à achever. Les moyens mis en place pour réduire les disparités de revenus et d’accès à la protection sociale demeurent insuffisants à l’aune de ceux investis pour le développement technologique et la transition écologique.

Chine : contributions à la croissance du PIB (en %)
Chine : consommation et investissement (en % du PIB)

DISCLAIMER

Ce document est conçu exclusivement à des fins d’information.

Groupama Asset Management et ses filiales déclinent toute responsabilité en cas d’altération, déformation ou falsification dont ce document pourrait faire l’objet.

Toute modification, utilisation ou diffusion non autorisée, en tout ou partie de quelque manière que ce soit est interdite.

Les informations contenues dans cette publication sont basées sur des sources que nous considérons fiables, mais nous ne garantissons pas qu’elles soient exactes, complètes, valides ou à propos.

Ce document a été établi sur la base d’informations, projections, estimations, anticipations et hypothèses qui comportent une part de jugement subjectif. Les analyses et conclusions sont l’expression d’une opinion indépendante, formée à partir des informations publiques disponibles à une date donnée et suivant l’application d’une méthodologie propre à Groupama AM. Compte tenu du caractère subjectif et indicatif de ces analyses, elles ne sauraient constituer un quelconque engagement ou garantie de Groupama AM ou un conseil en investissement personnalisé.

Ce support non contractuel ne constitue en aucun cas une recommandation, une sollicitation d’offre, ou une offre d’achat, de vente ou d’arbitrage, et ne doit en aucun cas être interprété comme tel.

Les équipes commerciales de Groupama Asset Management et ses filiales sont à votre disposition afin de vous permettre d’obtenir une recommandation personnalisée.

Vous avez trouvé cette publication intéressante ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne / 5. Nombre de votes :

Aucun vote pour l'instant. Soyez le premier à noter cette publication.

Merci pour votre vote !

Vous pouvez ajouter un commentaire (optionnel).

Dites-nous en plus (optionnel) :

Total
0
Shares
Publications similaires