Chine | Les actualités économiques et financières

Chine : priorité à la croissance

Au cours des dernières semaines, le gouvernement chinois a opéré un revirement spectaculaire dans sa gestion de la pandémie de Covid-19, assouplissant toute une série de mesures qui visaient à éviter une propagation du virus. Après un premier recalibrage, le 11 novembre, les autorités sanitaires ont annoncé, le 7 décembre, la mise en place d’un protocole beaucoup plus souple. Celui-ci comprend des changements majeurs en matière de politiques de dépistage, de quarantaine et de confinement.

Il n’est désormais plus nécessaire de présenter des tests négatifs pour accéder à la plupart des lieux publics ou pour les voyages interrégionaux. Les campagnes de dépistage à grande échelle sont abandonnées. Les « cas contact » et les personnes présentant une forme légère ou modérée de la maladie ont désormais la possibilité de s’isoler à leur domicile plutôt que dans des centres de quarantaine. Le recours au confinement est interdit dans les zones à faible risque et doit être très ciblé dans les zones à risque élevé.

Les chiffres officiels montrent un reflux des contaminations depuis l’assouplissement des restrictions. Toutefois, ces chiffres sont difficiles à interpréter dans la mesure où le nombre de tests a fortement diminué et où les cas asymptomatiques ne sont plus comptabilisés. Les autorités ont également modifié leur façon de comptabiliser les décès, en adoptant une définition plus stricte que la précédente et que celle des normes internationales. Ne sont plus comptabilisées dans les statistiques que les personnes décédées d’une insuffisance respiratoire liée au Covid.

Dans ces conditions, il devient très compliqué de suivre l’évolution de la situation épidémique en Chine.

Néanmoins, les retours de terrain indiquent une forte hausse des contaminations et une augmentation des décès, en particulier à Pékin. Les indices de trafic routier et de fréquentation des métros montrent que la dégradation de la situation épidémique amène la population à réduire ses déplacements dans les villes les plus touchées. En revanche, le trafic interurbain et le trafic aérien semblent se redresser.

En abandonnant la politique du « zéro-Covid », les autorités chinoises ont voulu redonner la priorité à la croissance, un message confirmé lors de la conférence économique annuelle des 15 et 16 décembre. In fine, cela devrait permettre un rebond de l’activité mais des incertitudes persistent à court terme. Le relâchement des restrictions va-t-il conduire à une catastrophe sanitaire ? Quel impact sur l’offre de main d’œuvre, le comportement des consommateurs et la production ? Les autorités pourraient-elles faire marche arrière ? Les réponses à ces questions détermineront le rythme et l’ampleur de la reprise de l’économie chinoise.

Voir aussi : https://latribune.lazardfreresgestion.fr/point-conjoncturel-novembre-2022/

L’opinion exprimée ci-dessus est datée du 23 décembre 2022 et est susceptible de changer.

Ce document n’a pas de valeur pré-contractuelle ou contractuelle. Il est remis à son destinataire à titre d’information. Les analyses et/ou descriptions contenues dans ce document ne sauraient être interprétées comme des conseils ou recommandations de la part de Lazard Frères Gestion SAS. Ce document ne constitue ni une recommandation d’achat ou de vente, ni une incitation à l’investissement. Ce document est la propriété intellectuelle de Lazard Frères Gestion SAS. LAZARD FRERES GESTION – S.A.S au capital de 14.487.500€ – 352 213 599 RCS Paris 25, RUE DE COURCELLES – 75008 PARIS.

Total
0
Shares
Prev
CAC 40 : guerre en ukraine, banques centrales… Voici les pires séances de l’année du CAC 40
Bourse - CAC 40 | Les actualités économiques et financières

CAC 40 : guerre en ukraine, banques centrales… Voici les pires séances de l’année du CAC 40

Next
Le prix à payer pour de meilleures perspectives de croissance en Europe