Comment les entreprises chinoises réussissent à l’international

On perçoit le sujet avec un mélange de crainte et de fascination : les entreprises chinoises se développent sur tous les continents. Au-delà de ces sentiments, les causes de ce succès ne sont pas toujours manifestes. Deux qualités en apparence contradictoires expliquent ces réussites : la capacité qu’ont ces firmes à s’affranchir d’un esprit exclusivement traditionnel, comme leur aptitude à déployer leurs atouts spécifiques à l’échelle mondiale. Avec cette sorte de paradoxe, fait d’ouverture sur le monde et de confiance dans leurs qualités propres, ces entreprises déploient leurs talents dans le monde.

Culture de l’opportunité et de la réplicabilité

Depuis l’ouverture de son économie il y a quarante ans, grâce à une énergie immense et à la taille gigantesque du marché chinois, de nombreux entrepreneurs ont réussi à créer des géants dans leur catégorie – tous secteurs confondus. Leur premier atout ? Une audace incomparable pour saisir les occasions. Dans leur ouvrage Dragon Tactics, Sandrine Zerbib et Aldo Spaanjaars nomment cette aptitude la «culture du loup». Chasser en meute, convaincre très vite, ne pas s’interdire la concurrence interne : plus que l’individu, c’est le meilleur modèle qui doit gagner. La culture d’entreprise chinoise est fondée sur le succès collectif, et les salariés se sentent très souvent faire partie d’une même famille.

La limite à cette culture collective de l’opportunité est celle de l’efficacité. L’efficience a parfois été sacrifiée au profit de la conquête de clientèle. Mais les entreprises qui réussissent aujourd’hui à l’international ont su ajouter la culture de la réplicabilité des modèles à celle de l’opportunité. L’efficience est bien là.

Ouverture du management

Deuxième affranchissement, le management. Souvent d’origine familiale ou clanique, les entreprises chinoises d’envergure mondiale ont su dépasser leur influence exclusivement traditionnelle pour choisir des dirigeants ayant étudié et travaillé en dehors de Chine (notamment aux États-Unis) ou des directeurs locaux ayant la capacité de comprendre et d’enrichir leur modèle. Ariel Wizman, journaliste et entrepreneur, est ainsi devenu l’un des associés de Miniso en France. Jonathan Siboni, autre associé, a travaillé plusieurs années avec la Chine dans le secteur du luxe. Associant habilement l’utile et le ludique, Miniso propose plus de quinze catégories de produits du quotidien et de la maison : la marque et les produits sont fabriqués en Chine, avec une mise en scène d’inspiration asiatique, abondante, joyeuse, convoquant les univers du manga ou de la K-pop. Le succès est là : seize boutiques ont été ouvertes en deux ans.

Prec.
Inflation : le cas anglais différent des cas américains et de la Zone Euro
Suiv.
Les déceptions chinoises reprennent la main sur les espoirs de reflation
Plus de publications

Abonnez-vous

Abonnez-vous et recevez toutes les semaines notre newsletter économique et financière.