Trading | Les actualités économiques et financières

Conclusions du comité d’investissement Mansartis

Nous maintenons notre exposition aux actions

nL’évolution des taux et les perspectives d’inflation continuent de focaliser l’attention des investisseurs. Le chiffre d’inflation aux États-Unis pour le mois d’octobre est rassurant quant aux dynamiques sous-jacentes, mais demande à être confirmé dans les mois qui viennent pour imprimer une vraie tendance.

nPar leur action, les banques centrales réussissent à maintenir sous contrôle les anticipations d’inflation des agents économiques. L’annonce par la Fed de hausses de taux directeurs qui seront de moindre ampleur est une bonne nouvelle. L’incertitude demeure néanmoins quant au taux terminal et la durée durant laquelle il faudra le maintenir à ce niveau.

nEn baisse en moyenne de 10% depuis le début de l’année, les marchés actions offrent une relative résistance malgré les vents contraires. Beaucoup de risques potentiels se sont concrétisés avec les hausses brutales de taux, la crise des LDI en Angleterre, la coupure du gaz Russe, l’inflation supérieure à 10%, la dégradation des perspectives de croissance et la baisse des perspectives bénéficiaires des entreprises.

nCes risques maintenant intégrés par les investisseurs, la perspective d’une baisse supplémentaire de grande ampleur sur les marchés actions nous semble plus limitée. C’est pourquoi nous maintenons notre exposition aux actions stable.

Nous restons prudents sur les obligations

nFace à une inflation toujours vivace, la BCE n’a pas fini d’augmenter ses taux directeurs et devrait commencer à réduire son bilan l’année prochaine. C’est pourquoi, même si les rendements offerts par la classe d’actifs retrouvent de l’attractivité, il nous semble encore prématuré d’augmenter la sensibilité de nos portefeuilles. Nous conservons une maturité cible moyenne de 2 ans.

nDe plus, la dégradation de la conjoncture pourrait entraîner une augmentation des risques de crédit sur les obligations d’entreprises les moins bien notées. C’est pourquoi nous investissons sur des émetteurs de bonne qualité dont le rating moyen est BBB+/A-.

Environnement économique et de marché

Ralentissement du resserrement monétaire aux États-Unis

Pour la quatrième fois consécutive, la Fed a augmenté ses taux directeurs de 75bp. La nouvelle fourchette est dorénavant de 3,75-4%. Pour la suite, sans préjuger du taux terminal, elle a prévenu que les hausses pourraient être de plus faible ampleur. Elle souhaite évaluer l’impact sur l’économie de ses hausses passées.

S’il est trop tôt pour parler d’un arrêt du resserrement monétaire, c’est un premier pas qui est de nature à rassurer les investisseurs d’autant que l’inflation commence à se retourner. En octobre, l’inflation totale recule à 7.7% (-0.5pt) contre 7.9% attendu et l’inflation cœur à 6.3% (-0.3pt) contre 6.5% attendu.

Inflation et taux directeurs – Sur les 10 dernières années

Dans le même temps, l’activité économique reste solide. Au T3 le PIB américain est en croissance de 2,6% annualisé et il est attendu à +0,6% au T4.

Croissance du PIB – Sur les 3 dernières années

Néanmoins certains indicateurs économiques américains montrent des signes de fragilité : l’enquête d’activités PMI est en zone de contraction (48,3<50), le taux de chômage progresse à 3,7% (+0.2%) et les prix de l’immobilier baissent en août pour le deuxième mois consécutif (-1,3%).

Prec.
Barometer : Le ciel s’assombrit
Suiv.
Hausse des prix à la pompe : quelle aide du gouvernement pour les salariés en 2023 ?