COP28: un verre à moitié plein ou à moitié vide ?

Certes, on ne peut nier certaines avancées encourageantes contenues dans l’accord final accouché aux forceps par le Président Sultan Ahmed Al Jaber le 13 décembre 2023, qui enjoint les participants à plusieurs actions.

• Tripler la capacité des énergies renouvelables au niveau mondial et doubler le taux annuel d’amélioration de l’efficacité énergétique d’ici 2030.
• Multiplier les efforts pour éliminer progressivement l’électricité produite avec du charbon sans recourir pour cela à la capture du CO2.
• Engager une transition hors des énergies fossiles, d’une manière juste, ordonnée et équitable, afin de supprimer les émissions de gaz à effet de serre d’ici 2050, conformément aux données scientifiques.
• Accélérer le développement des technologies à émissions nulles ou faibles, dont les énergies renouvelables, le nucléaire, les technologies de réduction telles que la capture, l’utilisation et le stockage du carbone, en particulier dans les secteurs où il est difficile de réduire les émissions et de développer la production d’hydrogène bas-carbone.
• Réduire sensiblement les autres émissions que celles de dioxyde de carbone, notamment les émissions de méthane, d’ici à 2030.
• Supprimer les subventions aux combustibles fossiles qui ne permettent pas à long terme de lutter contre la pauvreté énergétique et d’assurer une transition juste.
Par ailleurs, les annonces sur les financements climatiques ont été nombreuses.
• De nouvelles contributions ont été communiquées pour le fonds d’adaptation :
188 M$ (vs 233 M$ lors de la COP27 et 356 M$ lors de la COP26…),
• L’objectif de 100 Mds$ par an de financement des pays développés vers les pays en développement a été renouvelé.
• Les banques multilatérales de développement vont débloquer plus de 180 Mds$ pour le financement du climat.
• La Banque Mondiale s’est engagée à augmenter son financement climatique de 45 % d’ici à 2025, soit 40 Mds$ par an d’ici à 2025 (9 Mds$ de plus par rapport à l’objectif précédent).
• Enfin, l’activation du fonds « Pertes et dommages », annonce surprise du 1er jour, constitue une avancée indéniable. Le principe de ce fonds, qui contribuera à dédommager les pays en développement les plus touchés par les événements climatiques extrêmes, avait cependant déjà été annoncé lors de la COP27, sans se concrétiser. Les engagements formalisés atteignent aujourd’hui 792 M$ (France, l’Italie, l’Allemagne et les Emirats Arabes Unis constituant les plus grands contributeurs), chiffre à comparer aux pertes et dommages mondiaux estimés à 400 Mds$ par an…

Le texte envoie donc un signal indéniable sur la nécessité d’une sortie à terme des énergies fossiles, en positionnant pour la première fois le pétrole, le gaz et le charbon au même plan. Il entérine également la nécessité de faire le forcing sur les énergies renouvelables, en citant la réalité scientifique.

En revanche, les innombrables querelles sémantiques des négociateurs comme l’invention du verbe « transitioning away » pour éviter d’utiliser les termes de « phasing out » ou moins violent de « phasing down » des énergies fossiles apparaissent bien dérisoires face à l’annonce récente de l’observatoire européen CopernIcus comme quoi 2023 sera l’année la plus chaude mesurée dans l’histoire des relevés, avec un écart de température de +1,46°C par rapport aux températures moyennes de la période 1850-1900.

Et l’Agence Internationale de l’Energie nous rappelle que la planète n’a jamais consommé autant de charbon, 8,53 milliards de tonnes cette année, un record. La consommation en Chine a augmenté de 220 millions de tonnes (+4,9 %) par rapport à 2022, celle de l’Inde de 98 millions de tonnes (+8 %), et celle de l’Indonésie de 23 millions de tonnes (+11 %)…
Conclusion d’Eva Cairns, responsable de la stratégie climatique chez Abrdn : « Les émissions doivent diminuer de 43 % d’ici à 2030 mais, selon les objectifs nationaux, elles devraient plutôt augmenter d’environ 10 % et, sur la base de ces[1] objectifs actuels, nous sommes sur une trajectoire de 2,5°C. »

Termes et définitions
1. Consumer Expectations Survey ( ces ) Le Consumer Expectations Survey (Enquête sur les Attentes des Consommateurs) est une enquête périodique qui vise à mesurer les attentes et les perceptions des ménages concernant différents aspects économiques, tels que l'inflation, les dépenses de consommation, le revenu disponible, le crédit, l'épargne et l'emploi.
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Prec.
Jerome Powell : veni vidi vici ?
Suiv.
Années 1970/ 2020, même combat ? NON !
Plus de publications