Coup dur pour les actions Boeing

Les marchés ont réagi négativement à l’incident du Boeing d’Alaska Airlines, qui a vu une porte-hublot du 737 MAX de la compagnie être arrachée en plein vol, alors que l’appareil survolait l’Oregon, le 5 janvier 2024.

La valeur des actions de Boeing a chuté de 6,6 % le lendemain de l’incident, tandis que le Dow Jones a perdu 0,5 %. Les actions d’Airbus, le principal concurrent de Boeing, ont quant à elles augmenté de 2,2 %.

Cette réaction négative des marchés est due à la crainte que l’incident ne remette en question la sécurité des avions Boeing. Le 737 MAX a déjà été impliqué dans deux accidents mortels, en 2018 et 2019, qui ont entraîné la mise en retrait de l’avion du marché pendant plus de deux ans.

La Federal Aviation Administration (FAA) américaine a ordonné l’immobilisation temporaire de tous les 737 MAX de la même configuration que l’avion impliqué dans l’incident, tandis qu’une enquête est en cours.

Il est encore trop tôt pour dire quel sera l’impact à long terme de l’incident sur Boeing. Cependant, il est clair que cet événement a remis en question la confiance des investisseurs dans la sécurité des avions de l’entreprise.

Voici quelques facteurs qui pourraient influencer l’évolution des marchés dans les prochains jours et semaines :

  • Les résultats de l’enquête de la FAA
  • La réaction des compagnies aériennes qui utilisent des 737 MAX
  • La communication de Boeing sur l’incident

Si l’enquête de la FAA révèle des problèmes de sécurité majeurs, cela pourrait entraîner une nouvelle chute des actions de Boeing et une perte de confiance encore plus importante des investisseurs. En revanche, si l’enquête conclut que l’incident est dû à un défaut isolé, l’impact sur Boeing pourrait être plus limité.

Rappelons qu’en un an les actions du groupe enregistraient déjà une forte baisse. Au 10 janvier 2024, les actions de Boeing étaient cotées à 49,26 dollars.Soit une baisse de 30,6 % par rapport au cours de clôture du 10 janvier 2023, qui était de 70,20 dollars.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Prec.
BlackRock : les licenciements dans la division ESG
Suiv.
Levée de fonds : One to Many
Plus de publications

Abonnez-vous

Abonnez-vous et recevez toutes les semaines notre newsletter économique et financière.