Perspectives | La revue de presse économique et financière

De grandes espérances : les convictions de Pictet AM en septembre 2021

Agence SAND

Par Frédéric Rollin.

Les économies ont réouvert et les résultats des entreprises stupéfient les analystes. Les banquiers centraux inondent les marchés et les plans fiscaux se multiplient. Les investisseurs forment de grandes espérances et les valorisations atteignent des sommets. Mais l’ombre du désenchantement s’étend. Le variant Delta se propage, les surprises économiques tournent au vinaigre et les autorités chinoises assomment leur propre marché.

Cohabiter avec le variant Delta

Les effets du très contagieux variant Delta ont surpris nombre d’analystes. Les mauvaises surprises économiques ont fait florès. La confiance du consommateur américain, telle que mesurée par l’Université du Michigan, a touché des plus bas depuis dix ans. Le retour à l’emploi des américains est beaucoup plus lent que prévu. Plus inquiétant, l’inflation accélère partout à travers le monde. Les fermetures d’usines et les confinements portuaires ont asséché l’offre de biens manufacturés. Des constructeurs automobiles majeurs annoncent des baisses drastiques de production, non pas en raison d’une baisse de la demande, mais bien parce qu’ils ne peuvent se fournir en pièces. Les délais de livraison augmentent, les prix aussi.

Temporaire, mais pour longtemps?

L’inflation semble donc s’installer partout. Pour autant, la Réserve fédérale maintient une politique monétaire ultra-accommodante. La BCE aussi. Les deux institutions considèrent que l’inflation est essentiellement due à l’épidémie, et disparaîtra avec elle. La baisse depuis le mois de juin des prix des voitures d’occasion plaide en ce sens.

Nous partageons ce point de vue. Il faudra tout de même rester attentif. Plus cette inflation dure – et le variant Delta la prolonge – plus elle va s’installer dans l’esprit des ménages et des entreprises. Et si l’idée d’une hausse durable des prix s’ancre dans les esprits des acteurs économiques, alors une inflation forte et prolongée devient possible.

Le tour de l’Europe

Tout vient à point à qui sait attendre. Enfin, après la Chine puis les Etats-Unis, c’est au tour de l’économie européenne de redémarrer fortement. La région entière, Eurozone, Royaume-Uni, et Suisse affichent des indicateurs économiques flambants. Les niveaux de valorisations des actions européennes sont par ailleurs beaucoup moins tendus que celles de leurs homologues américaines. Il nous semble donc justifié de conserver notre optimisme sur les actions de la région.

Le soleil ne se lève pas encore à l’Est

Après avoir étranglé ses entreprises avec une politique monétaire restrictive, les autorités chinoises les assomment à coup de contraintes réglementaires. Les actions chinoises ont beaucoup souffert et ont entraîné dans leur chute les indices asiatiques. Il reste clair pour nous que la zone reste le meilleur choix pour les investisseurs patients. Ce sentiment est renforcé par la salve réglementaire que subissent les entreprises chinoises: le coût à court terme sera élevé, mais la croissance de long terme en est largement renforcée. Moins chères, plus prometteuses, les actions chinoises et asiatiques ont donc tout pour séduire.

Nous préférons toutefois attendre avant de revenir sur ce marché. Certes, les conditions monétaires devraient s’améliorer dans les prochains mois, mais il faudra du temps avant que les entreprises en bénéficient. De plus, il est difficile de voir aujourd’hui ou le gouvernement arrêtera sa course réglementaire.

Nous prenons en revanche une position vendeuse sur les actions japonaises. L’économie de l’archipel souffre de la propagation du variant Delta. Les taux de vaccination du pays sont encore faibles et les chaînes de production asiatique ont fortement ralenti.

L’essentiel à retenir

  • Nous conservons notre préférence pour les actions européennes.
  • Nous mettons en place une position vendeuse sur les actions japonaises.
  • Les actions chinoises attirent notre intérêt, mais nous préférons attendre plus de clarté avant de revenir sur ce marché.

Vous avez trouvé cette publication intéressante ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne / 5. Nombre de votes :

Aucun vote pour l'instant. Soyez le premier à noter cette publication.

Merci pour votre vote !

Vous pouvez ajouter un commentaire (optionnel).

Dites-nous en plus (optionnel) :

Total
1
Shares
Publications similaires
Actions | FiBee : La revue de presse économique et financière
+ PLUS

Acheter sa première action : mode d’emploi

La minute Fibee, pour capter l’essentiel en une minute. S’il suffit de quelques clics pour acheter et revendre des actions, investir en Bourse ne s’improvise pas et n’est pas sans risque. Il convient, avant de se lancer, de bien comprendre son fonctionnement et ses rouages. Que faut-il savoir avant de faire son premier shopping en Bourse ? 150 000, c’est le nombre de nouveaux actionnaires individuels qui ont franchi le pas en mars 2020, selon une étude de l’Autorité des marchés financiers (AMF). La connaissance du marché boursier et des valeurs cotées, tout comme un suivi de l’actualité économique et financière, sont fondamentaux. Pour parfaire votre savoir, vous trouverez de nombreux ouvrages spécialisés et une manne d’informations et de formations en ligne. Si l’ouverture d’un compte-titres, d’un plan d’épargne en actions ou d’une assurance vie paraît simple, il ne faut pas sous-estimer cette première étape. Vous avez le choix entre les banques traditionnelles, qui misent sur le c..