Un graphique avec des chiffres.

Des rendements devenus attractifs sur le court terme

Les taux courts n’ont cessé de monter depuis le début de l’année. Par exemple, le taux de swap 1 an a progressé de 300bp sur la période.

Dans ce contexte, les fonds monétaires et obligataires courts subissent une relative contreperformance depuis janvier 2022. Leur valorisation évoluant en sens inverse des mouvements de taux. Malgré tout, les conséquences pour les investisseurs déjà exposés peuvent être maitrisées. En effet, les portefeuilles obligataires courts ont des maturités moyennes très réduites. Par conséquent, si l’horizon de placement de l’investisseur se situe entre 6 et 12 mois, il est assez facile pour lui de récupérer un rendement supérieur aux placements monétaires sur cet horizon, même si entre temps le fonds subit les aléas des mouvements de taux. D’ailleurs, depuis les hausses effectives des taux par la BCE, les performances des fonds se stabilisent.

Les taux de rendement actuariels deviennent très attractifs. Ils sont rapidement passés de niveaux négatifs à des niveaux largement positifs : +2% pour CM‑AM Short Term Bonds (maturité moyenne de 8 mois) et +3% pour CM‑AM Institutional Short Term (maturité moyenne de 14 mois). Ces rendements attendus continuent d’augmenter à mesure que les fonds renouvellent leurs tombées sur des supports de plus en plus rentables et accompagnent ainsi la hausse des taux.

La forme que prend la courbe de taux est intéressante à double titre pour ces fonds :

  • D’abord, nous estimons qu’une fois les mouvements de taux stabilisés, les fonds obligataires courts pourraient creuser l’écart avec les fonds monétaires et délivrer un rendement supérieur de 1,5% relativement à ces derniers. La forte repentification des courbes de taux sur la partie courte devrait profiter aux fonds ayant une maturité moyenne légèrement supérieure aux fonds monétaires.
  • Ensuite, l’aplatissement de la courbe au-delà de 3 ans rend les fonds intéressants pour des investissements de long terme et devient compétitif en termes de TRA relativement à des fonds obligataires courts classiques. De plus, ces produits de trésorerie longs sont nettement immunisés contre le risque de taux contrairement aux fonds benchmarkés.

Plus anecdotique : après 3 ans d’historique, CM‑AM Short Term Bonds s’est vu attribuer 5 étoiles par Morningstar. 

Prec.
Décarbonation des portefeuilles
Suiv.
Inflation, récession, chute du GBP, la place laissée vacante par L.Truss ne fait pas envie