Dette Américaine : quels sont les risques et les impacts sur les marchés financiers ?

Les actualités récentes autour de la dette Américaine suscitent de nombreuses interrogations notamment sur les risques et les impacts sur les marchés financiers, découvrez les réponses d’Igor de Maack invité sur le plateau de BFM Bourse avec Guillaume Sommerer.

La baisse des marchés financiers est-elle inquiétante et préfigure-t-elle un nouveau cycle de turbulences ?

Lorsque les marchés financiers atteignent des niveaux records, notamment le CAC40 tiré par les valeurs du luxe depuis ce début d’année, certains investisseurs et/ou économistes craignent la période estivale qui peut être perçue comme une phase de décompression. En bourse, statistiquement le mois de juin est le plus mauvais.

Afin d’avoir la meilleure des analyses, il est judicieux de s’intéresser à l’évolution des indices macroéconomiques et monétaires. Excepté le sujet de la dette américaine, le contexte macroéconomique et monétaire est le même depuis plusieurs semaines.

Les Etats-Unis peuvent-elles faire défaut en raison d’un non-accord ?

En regardant dans le rétro, les Etats-Unis ont toujours trouvé un accord, et n’ont jamais fait défaut. La probabilité d’un défaut existe, bien qu’elle soit relativement faible.

Il est assez paradoxal de s’interroger sur ce sujet alors que nous évoquons la première puissance hégémonique et économique mondiale. C’est un sujet plus politique qu’économique.

Le dollar peut-il s’affaiblir davantage contre l’euro ?

L’état de santé du dollar est un bon indicateur de la confiance des investisseurs et des marchés financiers internationaux dans la capacité des Etats-Unis à maintenir la fermeté de leur système monétaire. Le dollar a beaucoup baissé, mais il est actuellement en phase de stabilisation.

Quels sont les risques macro et microéconomiques pour les investisseurs ?

Mis de côté le conflit militaire entre Russie et Ukraine, le plus gros risque réside dans la maîtrise de l’inflation. La situation n’a, malheureusement, pas changé depuis deux trois mois. Du regard microéconomique, 2023 ne sera surement pas un grand cru dans la progression des résultats.

Avec la stabilisation des indices d’inflation, la hausse des taux est-elle arrivée à son terme ?

Sur la partie longue, tout dépend des anticipations d’inflation et de croissance. Aujourd’hui, le risque est davantage qu’il y ait un réécartement des spreads de crédit des émetteurs parce que la situation économique change. Ce scénario ne serait pas un bon signal mais pourrait rouvrir des fenêtres pour investir sur le crédit et sur les taux.

Retrouvez régulièrement les interventions d’Igor DE MAACK, Dirigeant Associé, en charge des allocations et sélection de fonds, sur le plateau de BFM BUSINESS.

Prec.
Sur les rails de la rentabilité, l’opérateur ferroviaire Salcef à grande vitesse vers l’international !
Suiv.
États-Unis : fin du cycle de hausse des taux ?
Plus de publications

Abonnez-vous

Abonnez-vous et recevez toutes les semaines notre newsletter économique et financière.