afghanistan | La revue de presse économique et financière

Dilemmes stratégiques de l’Europe en Afghanistan

La fin de la présence militaire américaine en Afghanistan laisse l’Europe aux prises avec un premier dilemme stratégique, celui d’une coopération avec la Russie. Bien que la Chine semble jouer un rôle actif dans l’avenir de la région, il est peu probable qu’elle défende les intérêts européens alors que la Russie le pourrait, mais en même temps, l’influence grandissante de la Russie aux portes de l’Europe est une source d’inquiétude pour l’Union européenne (UE). En effet, le conflit en Ukraine/Crimée n’est toujours pas réglé et la Biélorussie s’oriente vers une plus grande intégration avec la Fédération de Russie, tandis que les pays baltes ont toujours ressenti une certaine pression à leur frontière. L’Afghanistan viendrait s’ajouter à une liste de situations telles que la Syrie et l’Irak où l’UE a besoin de la Russie.

Le deuxième dilemme concerne la Turquie, qui est le seul membre de l’OTAN à avoir une population musulmane (à majorité sunnite, qui plus est) et qui entretient une relation historique et ethnique avec les Afghans. En effet, la Turquie, dont les relations avec l’Europe se sont détériorées dernièrement, pourrait jouer un rôle clé en tant que médiateur et éventuellement fournir une bouée de sauvetage au nouveau régime.

Le troisième dilemme porte directement sur l’Afghanistan. Si les Talibans s’avèrent incapables de contrôler Al-Qaïda et les groupes terroristes, ou s’ils deviennent eux-mêmes un soutien du terrorisme international, l’Europe constituerait certainement une cible et devrait donc réagir. Le manque d’actions préventives au cours de la décennie écoulée a fait des centaines de victimes et une nouvelle vague de terrorisme sur le sol européen n’est pas acceptable. Le fait que les alliés de l’OTAN n’aient pas été impliqués dans le retrait des États-Unis est déjà un camouflet pour les dirigeants européens, mais l’avenir de l’Afghanistan pourrait devenir une équation comportant trop d’inconnues.

De manière plus générale, la crise afghane montre à quel point l’Europe est dépendante des États-Unis, notamment lorsqu’il s’agit de mener des opérations militaires de grande envergure hors de ses frontières. La défense européenne est quasi inexistante. Cette crise sonne donc l’alarme pour les dirigeants européens qui doivent renforcer leur coopération militaire s’ils veulent donner corps au concept d’« autonomie stratégique » à l’échelle de l’UE.

Vous avez trouvé cette publication intéressante ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne / 5. Nombre de votes :

Aucun vote pour l'instant. Soyez le premier à noter cette publication.

Merci pour votre vote !

Vous pouvez ajouter un commentaire (optionnel).

Dites-nous en plus (optionnel) :

Total
8
Shares
Publications similaires