ESG | Les actualités économiques et financières

Downgrade note ESG Ubisoft

Guillemot the money*

Suite à la récente opération capitalistique autour du capital d’Ubisoft, nous dégradons la note discrétionnaire d’Ubisoft

Evolution récente : renforcement de Tencent au capital

Mardi, Tencent a annoncé avoir acquis 49.9% du capital et 5% des droits de vote de Guillemot Brothers, holding de contrôle d’Ubisoft. A l’issue de cette opération :

  • Tencent deviendra le plus gros actionnaire d’Ubisoft à hauteur de 11% en termes d’actions (vs 8.6% pour la famille Guillemot) sans avoir toutefois de représentant au board.
  • Tencent pourra dans les mois/années à venir augmenter sa participation directe dans Ubisoft jusqu’à 9.9% (versus 4.5% aujourd’hui, acquis en 2018).
  • Le nouvel ensemble Tencent/Guillemot détiendra 19.8% du capital /24.9% des droits de vote.
  • La transaction valorise implicitement les 8 millions d’actions Ubisoft détenues par Guillemot Brothers (hors actions détenues via des contrats dérivés) à 80 EUR par action (prime de 86% par rapport au dernier cours connu avant l’annonce). Par rapport à Mardi soir, la famille Guillemot a donc monétisé un peu moins de 50% de sa participation dans Ubisoft avec 86% de prime, payé cash, sans aucune retombée pour les détenteurs d’Ubisoft en direct.
  • Cet accord est valable pour les 8 prochaines années

Notre analyse de l’opération :

L’accord nous paraît particulièrement néfaste pour la Gouvernance du groupe. Pour trois raisons :

  1. Cette valorisation ne bénéficie aucunement aux actionnaires minoritaires d’Ubisoft (l’opération ne portant pas directement sur les titres Ubisoft). Seule la famille Guillemot, présente à la fois au  holding familial et au conseil d’administration (5 membres sur 13) en tire un bénéfice substantiel via la prime de 86%.
  2. La position de Tencent étant bloquée pour les 8 prochaines années et les deux acteurs contrôlant près de 25% des droits de vote (possiblement plus si Tencent monte au delà des 4.5%), une prise de contrôle par un autre acteur semble désormais impossible. Les actionnaires minoritaires n’ont pas été rémunérés pour cet abandon contrairement à la famille Guillemot. La baisse du titre le jour de l’annonce (-16%) est venu acter ce véritable hold up économique.
  3. En dépit de la réduction de sa participation, la famille Guillemot continuera à jouer un rôle prépondérant au conseil d’administration avec seulement 5% du capital (mais 5 membres sur 13).

Ubisoft et le modèle GEST

En conclusion, dans le but de prendre en compte le traitement particulièrement discriminatoire des intérêts minoritaires et le mépris avec lequel la famille Guillemot s’est affranchie du principe d’égalité des porteurs, nous avons décidé de baisser la note discrétionnaire Gouvernance d’Ubisoft d’un cran. La note ESG globale d’Ubisoft qui était de 1,16 sur une échelle de [-4 ;+4] passe désormais à +0,86.

*Traduction libre de « give me the money »

Prec.
La construction modulaire, une piste vers l’investissement immobilier
Suiv.
L’environnement devient moins porteur