Hydrogen | Les actualités économiques et financières

Dynamique de la filière hydrogène

Depuis plusieurs années, CPR AM s’engage et innove afin de proposer sur toutes les classes d’actifs des solutions d’investissement qui adressent les enjeux climatiques. En novembre 2021, CPR AM lançait une stratégie 100 % actions internationales consacrée à la filière hydrogène, enjeu majeur de la transition énergétique. Après 9 mois, le fonds connait une dynamique au-delà des attentes tant en termes d’intérêt clients avec 760 millions d’euros de collecte, que de bonne résistance de la performance. Le lancement de cette stratégie « solutions climat » vient compléter l’expertise « transition climat » de CPR AM qui comptabilise à ce jour 2,5 milliards € d’encours toutes classes d’actifs confondues.
Retour avec Arnaud Demes, Spécialiste produits, sur les enjeux liés aux investissements sur la filière de l’hydrogène, notre approche et les perspectives du portefeuille CPR Invest – Hydrogen.

ARNAUD, EN QUOI L’HYDROGÈNE VERT DEVIENT UN PILIER DE PLUS EN PLUS IMPORTANT DE LA TRANSITION ÉNERGÉTIQUE ?

Selon le rapport du Groupe intergouvernemental d’experts sur l’évolution du climat (GIEC) publié en aout 20211 , limiter le réchauffement climatique à une augmentation de température inférieure à 1,5°C nécessiterait que les émissions futures cumulées restent comprises entre 400 et 500 Gt. Or, cela correspond à environ dix années d’émissions mondiales.

Au rythme actuel, l’objectif des Accords de Paris ne sera pas atteint. En revanche, tout s’accélère depuis la guerre en Ukraine. En effet, au lieu de servir de prétexte pour s’affranchir des objectifs climatiques, celle-ci encourage les gouvernements à sortir de leur dépendance aux énergies fossiles et contribue ainsi à accélérer la transition énergétique.

Dans ce contexte d’envolée des prix du gaz et du pétrole, l’hydrogène vert – produit à partir d’énergies renouvelables et élément clé pour décarboner l’industrie, la mobilité et la chimie – devient plus compétitif2 que sa version fossile. Il s’agit d’un signal prix fort pour le déploiement de ce vecteur d’énergie, reconnu comme innovant et incontournable pour atteindre la neutralité carbone. L’environnement est donc favorable pour la filière hydrogène, qui connait en 2022 une effervescence inédite. Entre annonces de levées de fonds et soutiens accrus des pouvoirs publics (Inflation Reduction Act aux États-Unis et Hy2Tech en Europe), les inaugurations de sites exploitant ce vecteur énergétique se multiplient à travers le monde. Cela représente un véritable bouleversement des chaînes de valeurs de tous les secteurs dans lesquels il est utilisé (mobilité, énergies renouvelables, chimie, industrie).

QUELLE EST L’APPROCHE SUIVIE PAR LE FONDS HYDROGEN POUR TENTER DE CAPTER LE POTENTIEL DE L’HYDROGÈNE ?

Au travers de ce fonds, nous souhaitons accompagner de façon durable la transition vers la production et l’utilisation de l’hydrogène vert, et par là même bénéficier de son potentiel de croissance.

Pour ce faire, le fonds se concentre sur deux dimensions clés. Premièrement, investir dans les sociétés du monde entier impliquées dans l’ensemble de l’écosystème de l’hydrogène, d’amont en aval. Deuxièmement, le faire en adoptant une approche d’investissement responsable cohérente.

A l’instar de nos autres fonds, nous appliquons notre politique ESG interne et excluons les entreprises présentant les pires comportements ESG et un niveau de controverses élevé. En outre, le fonds s’inscrit dans une démarche d’amélioration d’indicateurs clés face à son univers : la note ESG moyenne, les émissions de CO2 ou encore la part d’investissements dits « verts ».

Nous avons donc adopté une définition large de l’univers d’investissement sur l’ensemble de la chaîne de valeur de l’hydrogène, de la production des énergies vertes aux différents utilisateurs en passant par les technologies associées et les composants, le stockage et la distribution.

En amont, cela comprend par exemple des spécialistes dans la production d’énergie verte comme le groupe portugais EDP ou la société américaine Nextera Energy. S’y retrouvent aussi des entreprises développant les technologies et composants nécessaires à la production d’hydrogène vert telles que la société anglaise ITM Power, leader dans les technologies de production d’électrolyseur à partir d’une membrane échangeuse de protons ou l’entreprise américaine Bloom Energy, spécialiste des piles à combustible, indispensables pour convertir l’hydrogène en énergie.

En aval, l’univers intègre les entreprises qui produisent, distribuent et bénéficient de l’utilisation de l’hydrogène. Je peux citer par exemple Linde ou Air Product, sociétés respectivement allemande et américaine présentes dans la production et la distribution d’hydrogène. Côté utilisateurs, on retrouve des valeurs plus connues du grand public comme le groupe français Alstom ou encore le constructeur automobile japonais Toyota, qui se positionne comme leader de la mobilité durable depuis plusieurs années.

En août, Alstom a d’ailleurs inauguré le lancement de son train Coradia iLint, à Brelervörde, en Allemagne. Premier train à hydrogène au monde, il est désormais utilisé pour le transport de passsagers sur la première ligne ferroviaire 100 % hydrogène au monde. Véritable solution alternative au diesel, ce train régional peu bruyant propulsé à l’aide de piles à combustible émet seulement de la vapeur d’eau.

LA FILIÈRE HYDROGÈNE EST TRÈS DYNAMIQUE DEPUIS 2020, ENCOURAGÉE PAR DE NOMBREUX FINANCEMENTS. QUELLES ONT ÉTÉ LES ANNONCES RÉCENTES ?

Nous sommes convaincus que l’économie encore émergente autour de l’hydrogène va se développer et se déployer à un rythme très rapide. La crise énergétique dans le monde combinée aux enjeux climatiques a renforcé l’intérêt du développement massif de sources alternatives.

En mai, la Commission européenne a publié son plan RePower, avec l’objectif de réduire la dépendance à l’égard des importations d’énergies russes. Un plan avec des objectifs de développement de l’utilisation de l’hydrogène d’ici à 2030 qui ont été multipliés par près de quatre. Mi-juillet, la Commission européenne a accordé le statut d’IPCEI (Important Project of Common European Interest) à 35 entreprises et 41 projets liés à l’hydrogène (Hy2tech) ; ils vont recevoir jusqu’à 5,4 milliards d’euros d’aides étatiques auxquelles s’ajoutent des sources privées qui portent le financement total à 14,2 milliards.

En août, le vaste plan d’investissement de Joe Biden sur le climat et la santé baptisé « Inflation Reduction Act » a été adopté par le Congrès américain. 370 milliards de dollars sont consacrés à l’environnement couvrant un large éventail de technologies, allant des énergies renouvelables à l’hydrogène, en passant par les solutions de stockage et la capture de CO2 , avec pour ambition une réduction de 40 % des émissions de gaz à effet de serre d’ici 2030. Il prévoit notamment un crédit d’impôt de 3 dollars par kilogramme d’hydrogène vert produit, ce qui constitue un très important soutien au développement de cette filière, en la rendant compétitive face aux alternatives polluantes. Suite aux annonces, les actions des entreprises américaines du secteur de l’hydrogène se sont envolées. Les entreprises européennes du secteur de l’hydrogène ont également enregistré des hausses substantielles. Un véritable « game changer » pour les entreprises de la filière hydrogène, qui permet d’accéder à plus de capitaux, d’accélérer la croissance de l’industrie tout en réduisant les coûts de production de l’hydrogène vert, et donc ainsi d’améliorer sa compétitivité.

COMMENT LE PORTEFEUILLE A-T-IL TRAVERSÉ CES 9 PREMIERS MOIS D’EXISTENCE ?

Dans un environnement de marché difficile, le fonds CPR Invest-Hydrogen a fait preuve de résilience et affiche une surperformance depuis son lancement3 de plus de 210 points de base face à l’indice MSCI ACWI Net Return Euro. Malgré des annonces porteuses pour le thème, les conditions de marché continuent de se détériorer. Dans ce contexte, le fonds garde son cap défensif grâce à une allocation équilibrée pour mieux faire face aux turbulences des marchés.

Concernant les principaux mouvements sur les derniers mois, le fonds a réduit son exposition à l’Europe pour limiter son exposition aux risques géopolitiques et a augmenté son exposition à l’Amérique du Nord. Le fonds a également renforcé son exposition aux valeurs dites pures comme les fabricants d’électrolyseurs et de piles à combustible pour chercher à profiter de la dynamique favorable autour de l’hydrogène.

1. GIEC, 5ème rapport, AR 5
2. Bloomberg NE, mars 2022
3. Performance nette de frais de gestion en euro – part A-Euro-Acc, indice utilisé a posteriori à titre de comparaison et également, le cas échéant, pour calculer la commission de performance.

Total
0
Partages
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Prec.
Pourquoi la stratégie économique de Liz Truss est risquée !
Suiv.
Démographie : quoi de neuf ?
Pour aller plus loin


1 kit Fibee
(une interview + une newsletter dédiée + diffusion de votre interview)
1 bannière
(748x90 en rotation pendant une semaine sur l'ensemble de nos supports)
10% de réduction
sur la commande d'un des services Fibee.

Vous gagnerez également un ticket pour le tirage au sort qui vous permettra peut-être de remporter un iPad Mini de dernière génération !

• Tirage au sort le vendredi 30 septembre à 17h00
• Une participation possible toutes les 24 heures
• Jeu réservé aux professionnels de la gestion d'actifs

Tentez votre chance !
En cochant cette case je confirme être un professionnel de la gestion d'actifs, j'accepte de recevoir les communications de fibee.fr et de participer au tirage au sort qui aura lieu le vendredi 30 septembre 2022.
Never
Remind later
No thanks