Economie circulaire : des champions dans les valeurs européennes

Dans un rapport publié cet été, le World Economic Forum est revenu sur l’essor de l’économie circulaire, qui promeut la réduction des déchets grâce à une réutilisation des ressources. Le constat est édifiant : la production de déchets solides est passée de 25 milliards de tonnes en 1990 à 86 milliards de tonnes en 2020 et devrait atteindre 140 milliards de tonnes en 2050.

La Fondation Ellen MacArthur, ONG reconnue sur l’économie circulaire, estime que plus de 1,3 milliard de tonnes de déchets plastiques seront déversés dans l’environnement d’ici 2040. Aujourd’hui seulement 14% du plastique sont recyclés, mais 2% uniquement sont convertis pour un usage identique au précédent.

L’économie circulaire est clé pour réduire l’impact environnemental engendré par les déchets et pourrait valoir 3 800 milliards d’euros en 2030 selon le BCG

L’économie circulaire est clé pour réduire l’impact environnemental engendré par les déchets et pourrait valoir 3 800 milliards d’euros en 2030 selon le BCG

De nombreuses entreprises sont déjà actives dans ce marché

Comme Befesa, société allemande présente dans nos fonds Mandarine Unique et Mandarine Global Transition, leader mondial du recyclage des déchets toxiques provenant de la production d’acier (poussières d’acier) et d’aluminium (salines d’aluminium). Befesa récupère ces poussières, les recycle, puis revend le zinc qui est réutilisé par les aciéristes. La société traite ainsi 2 millions de tonnes de résidus métallurgiques par an et les valorise en 1,5 millions de tonnes de nouveaux matériaux. Les règlementations devenant de plus en plus contraignantes à travers le monde, ce modèle circulaire est poussé par un nombre croissant de gouvernements, dont la Chine récemment. Ce soutien représente une forte opportunité de croissance pour le groupe qui construit actuellement deux usines en Chine.

Lenzing, société autrichienne présente dans le fonds Mandarine Unique, est un spécialiste de la production de fibre de cellulose à base de bois à destination de l’industrie textile. L’industrie du textile et de l’habillement est responsable de 10% des émissions mondiales de carbone et de 20% des eaux usées. En plus de promouvoir les fibres textiles à base de bois (au lieu du polyester ou du coton), Lenzing a développé un partenariat avec la société suédoise Södra afin de recycler de vieux habits pour créer de nouvelles fibres (nommée REFIBRA) utilisées à nouveau par l’industrie textile. L’objectif est de traiter 25 000 tonnes de déchets textiles par an d’ici 2025.

Outre ces deux exemples, l’économie circulaire n’est plus un concept mais devient réalité pour un nombre croissant d’entreprises désireuses de réduire leur empreinte sur l’environnement. Les opportunités sont donc nombreuses pour les entreprises répondant à ces problématiques.

Vous avez trouvé cette publication intéressante ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne / 5. Nombre de votes :

Aucun vote pour l'instant. Soyez le premier à noter cette publication.

Merci pour votre vote !

Vous pouvez ajouter un commentaire (optionnel).

Dites-nous en plus (optionnel) :

Total
0
Shares
Publications similaires