Electricité | Les actualités économiques et financières

Energie : Black-out ?

Automne 2021 : les stocks de gaz européens sont réduits. Le prix proposé par les Russes est trop peu intéressant pour faire des réserves et les acheteurs se mettent en mode attentisme. On ne comprend pas pourquoi les Russes se privent de généreuses recettes.

Février 2022 : la Russie envahit l’Ukraine, s’en suivent les sanctions internationales et apparaît peu à peu la crainte d’une insuffisance de gaz pour l’hiver 2023. Il faut remplir les stocks. Tout s’éclaire : nous avons un coup de retard.

La dépendance au gaz russe en Europe est réelle (à hauteur de 45%). On parle beaucoup de l’Allemagne, mais l’Italie est également très concernée. Au-delà de nous chauffer, le gaz nous permet de produire de l’électricité. Notre réseau et nos stocks devraient nous protéger jusqu’en mars 2023. Si les mois qui suivent sont froids, il faudra faire un choix : couper le gaz ou couper l’électricité. Couper le réseau de gaz, c’est dangereux, alors le choix sera vite tranché : nous couperons l’électricité.

A l’occasion d’un entretien passionnant, Nicolas Mazzucchi (Directeur de Recherche au Centre d’études stratégiques de la Marine) nous a éclairé sur l’interconnexion du réseau électrique en Europe. Bilan : tout notre réseau est interdépendant. C’est-à-dire qu’une panne ou un incident local peut se diffuser au réseau entier. Prévoyez un kit bougies-allumettes, ça peut servir.

Pendant ce temps-là, le Gaz Naturel Liquéfié surfe sur la vague des substituts au gaz russe. Le début d’une nouvelle ère ?
Seul problème pour nous, importateurs européens : le GNL est 2 à 4x plus cher que le gaz russe.
Une nouvelle ère qui va coûter cher…

Prec.
Construction’s sustainability challenge
Suiv.
Les enzymes dévoreuses de plastique peuvent-elles résoudre le problème du recyclage ?