Banques-USA | Les actualités économiques et financières

États-unis : Diminution de la probabilité d’un « soft landing »

Sans surprise, la Fed* a remonté en mars son taux directeur de 25 points de base à 0,25%-0,50%. Il s’agit de la première hausse des taux depuis 2018. La prévision médiane des membres du FOMC est désormais de 6 hausses supplémentaires de 25 points de base en 2022, entre trois et quatre hausses en 2023 et aucune hausse en 2024. Cela porterait les taux Fed Funds autour de 2,8% à fin 2023. La question du niveau final dans ce cycle de remontée reste toutefois ouverte.

Pendant la conférence de presse, Jerome Powell n’a pas exclu de procéder à des hausses de taux supérieures à 25 points de base si l’inflation s’avérait plus forte que prévue, un message qu’il a réitéré avec plus de force une semaine plus tard lors d’un discours intitulé « rétablir la stabilité des prix ». En ce qui concerne la question de la réduction du bilan, actuellement de 9 000 milliards de dollars, le président de la Fed a indiqué que l’institution devrait intervenir dans les prochains mois.

Lors de son discours sur la stabilité des prix, Jerome Powell a reconnu que le contexte actuel ne rendait pas évident un « soft landing » de l’économie. Autrement dit, la Fed pourrait devoir mettre en œuvre un très fort ralentissement de la croissance pour calmer les tensions sur le marché du travail et juguler les pressions inflationnistes, qui continuent de se renforcer.

En février, le taux de chômage a baissé de 4,0% à 3,8% pour se rapprocher de son point historique de 3,5%. Les créations d’emplois sont très dynamiques, mais le nombre d’emplois vacants demeure proche des plus hauts, ce qui montre un déséquilibre toujours important entre l’offre de

travail et la demande. Ce contexte est propice à des hausses de salaires, mais les derniers chiffres indiquaient une stabilisation, après une nette accélération lors des mois précédents. L’inflation a continué d’accélérer en février pour atteindre +7,9% sur un an et +6,4% hors énergie et alimentation, des rythmes inédits depuis plusieurs décennies.

Pour l’instant, la guerre en Ukraine ne semble pas perturber outre mesure l’activité et le marché du travail. L’indice PMI composite a augmenté de 55,9 à 58,5 en estimation préliminaire au mois de mars et les inscriptions hebdomadaires au chômage ont atteint un plus bas depuis 1969 à 187 000 sur la semaine du 14 mars. En revanche, les indices de confiance des consommateurs montraient un fort impact sur les anticipations d’inflation en mars.

*Fed : La réserve fédérale des Etats-Unis, soit la banque centrale des Etats-Unis.

Voir aussi : https://lazardfreresgestion-tribune.fr/point-conjoncturel-fevrier-2022/

L’opinion exprimée ci-dessus est datée du 4 avril 2022 et est susceptible de changer.

 

Ce document n’a pas de valeur pré-contractuelle ou contractuelle. Il est remis à son destinataire à titre d’information. Les analyses et/ou descriptions contenues dans ce document ne sauraient être interprétées comme des conseils ou recommandations de la part de Lazard Frères Gestion SAS. Ce document ne constitue ni une recommandation d’achat ou de vente, ni une incitation à l’investissement. Ce document est la propriété intellectuelle de Lazard Frères Gestion SAS. LAZARD FRERES GESTION – S.A.S au capital de 14.487.500€ – 352 213 599 RCS Paris 25, RUE DE COURCELLES – 75008 PARIS.

Prec.
Chine : Bon début d’année avant le regain épidémique
Suiv.
Pour savoir ce qui va se passer dans l’économie russe, regardons l’Argentine ou la Turquie