Faut-il être pessimiste pour la zone euro ?

 Les raisons d’être pessimiste en ce qui concerne l’économie de la zone euro sont en réalité nombreuses : 

  • insuffisance des ressources en énergie avec l’arrêt des importations de gaz naturel russe, d’où recul de la production industrielle ; 
  • disparition des gains de productivité et vieillissement démographique, d’où absence de croissance potentielle ; 
  • inflation, avec la rareté de l’énergie et d’autres matières premières, d’où hausse des taux d’intérêt, et impossibilité de continuer à utiliser les déficits publics pour soutenir le pouvoir d’achat des ménages et la demande ou financer des dépenses publiques nécessaires ; 
  • incompatibilité entre l’accélération nécessaire de la transition énergétique et le maintien du pouvoir d’achat dans un environnement d’inflation et de taux d’intérêt plus élevés, de croissance faible. 

Il apparaît donc comme perspective la plus probable pour l’économie de la zone euro : 

  • la stagflation[1] (absence de croissance et inflation) ; 
  • la contraction de l’industrie ; 
  • d’où l’absence de ressources disponibles pour soutenir le pouvoir d’achat, financer les investissements (publics et privés) nécessaires pour la transition énergétique. 
Termes et définitions
1. stagflation. La stagflation est un phénomène économique caractérisé par la conjonction d’une stagnation économique et d’une inflation élevée. Cela…
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Prec.
L’inflation douche (encore) les marchés
Suiv.
Barometer: Le rebond estival est déjà un lointain souvenir
Plus de publications

Abonnez-vous

Abonnez-vous et recevez toutes les semaines notre newsletter économique et financière.