FED : les arguments justifiant une hausse des taux directeurs sont toujours valables

Retrouvez l’analyse de Christophe MOREL, Chef économiste de Groupama Asset Management, suite à la publication des Minutes du FOMC[3] de mars.

A la lecture des Minutes du FOMC de mars, les arguments justifiant à l’époque la hausse des Fed Funds[2] de 25pdb, sont toujours valables et plaident pour une nouvelle hausse de 25pdb lors du prochain FOMC en mai :

  • l’inflation reste « à un niveau inacceptable » et il n’y a toujours aucun signe de désinflation sur la composante sous-jacente hors loyer du CPI (cf. graphique 1 avec la mesure dite « sticky » de l’inflation sous-jacente[1]). A cela, s’ajoute la hausse récente du prix du pétrole.
  • le déséquilibre sur le marché du travail est légèrement moins prononcé mais l’écart entre l’offre et la demande s’établit quand même à 4,1 millions (graphique 2). Surtout, le potentiel de remontée de l’offre de travail devient limité sachant que le retard d’immigration est désormais comblé (graphique 3) et que le taux de participation est revenu sur le niveau pré-pandémique pour les moins de 55 ans (graphique 4).
  • Certes, l’accès au crédit s’est dégradé pour les PME (graphique 5). Par ailleurs, la prochaine enquête de la Fed sur les conditions d’octroi de crédit devrait montrer une tension supplémentaire. Toutefois, le risque d’une crise bancaire généralisée a diminué et les conditions financières sur les marchés se sont même détendues.

Au-delà du prochain conseil de politique monétaire, la Fed pourrait privilégier une pause.

Elle ne baissera pas les Fed Funds en dépit d’une récession qui devient de plus en plus probable. En effet, les indicateurs de climat des affaires dans l’industrie, les services et la construction confortent notre scénario d’une économie américaine en récession au S2-2023 (le graphique 6 montre que les enquêtes de conjoncture signalent désormais une croissance trimestrielle du PIB qui doit passer en territoire négatif). Cependant, cette récession surprendra par la résilience de l’emploi.

La Fed a capitalisé sur l’expérience monétaire du début des années 80, et ne prendra pas le risque de relancer les anticipations d’inflation par un assouplissement des conditions monétaires.

Elle allongera l’horizon d’autant que le marché du travail restera durablement sous tension, que le cycle d’investissement repartira après une récession assez courte et que la désinflation sera plus lente que ce qu’elle attend.

US - composante sticky de l'inflation sous jacente
US - tension sur le marché du travail
US - nombre de travailleurs d'origine étrangère
US - taux participation par tranche d'âge
US - accès au crédit dans les PME
US - climat des affaires

Source : Bloomberg – Calculs : Groupama AM

Termes et définitions
1. Inflation sous jacente ( inflation sous-jacente ) L’inflation sous-jacente, également connue sous le nom d’inflation core ou d’inflation de base, est une mesure de l’inflation…
2. Fed Funds ( Fed Funds ) Les Fed Funds sont des prêts à court terme effectués entre les banques commerciales aux États-Unis. Les banques…
3. FOMC ( FOMC ) Le FOMC (Federal Open Market Committee) est le comité des marchés ouverts du Fédéral de la Réserve américaine.
Prec.
Les hausses des taux ont atteint un premier point sensible
Suiv.
Le juste équilibre entre stabilité financière et stabilité des prix
Plus de publications

Abonnez-vous

Abonnez-vous et recevez toutes les semaines notre newsletter économique et financière.