Fed : un petit tour et puis… revient !

En laissant son taux directeur inchangé en juin, la Fed n’a pas effectué une “pause” ; elle a juste “passé un tour”…

La Fed a besoin d’un temps supplémentaire pour évaluer les effets de sa politique monétaire sur l’économie et les impacts de la crise bancaire du printemps.

A cet égard, la démonstration de J. Powell n’est pas convaincante.

En effet, la Fed n’aura finalement qu’un rapport emploi et une statistique d’inflation supplémentaires avant le FOMC de juillet. Surtout, elle a d’ores-et-déjà révisé à la hausse la croissance et l’inflation pour 2023, et ajusté à la baisse le taux de chômage.

Tout suggère que la Fed a refermé la parenthèse de la crise bancaire. Désormais, 2/3 des membres de la Fed envisagent au moins deux hausses des Fed Funds d’ici la fin de l’année. J. Powell considère que les anticipations sur la cible des Fed Funds devraient retrouver la situation de début mars.

Surtout, la balance des risques sur l’inflation est davantage marquée à la hausse :

  • la menace d’une boucle  » Prix-Salaires  » est prise plus au sérieux. J. Powell a d’ailleurs cité le papier de Blanchard & Bernanke (2023) montrant que si le marché du travail n’est pas la cause première du choc inflationniste, toute surchauffe sur le marché du travail a des effets persistants sur l’inflationLe déséquilibre sur le marché du travail est structurel, si bien que la décélération récente de l’inflation salariale n’est pas considérée comme durable (graphique 1).
  • J. Powell envisage que la baisse des prix de l’immobilier ne soit pas suffisamment prononcée pour provoquer une désinflation marquée de la composante « Loyer » dans l’inflation (le graphique 2 montre d’ailleurs que la contribution des loyers dans l’inflation est plus forte que ce que suggère la hausse passée des prix de l’immobilier).

Enfin, les banquiers centraux progressent sur le chemin d’un nouvel équilibre monétaire « plus haut ». Alors qu’en mars, 4 membres seulement envisageaient des Fed Funds neutres au-dessus de 2.5%, ils sont désormais 7 sur 18. Le barycentre bougera bientôt.

Au final, cette réunion de la Fed valide notre scénario de politique monétaire avec une cible sur les Fed Funds à 5.75-6.00% à la fin de l’année. Pour apprécier la balance des risques sur l’inflation, nous suggérons de suivre particulièrement deux types d’indicateur : les prix de l’immobilier et les prix des matières premières (pétrole, matières premières industrielles et produits agricoles).

USA : salaire et tension sur le marché du travail
Graphe 1
USA : composante "loyer" de l'inflation sous-jacente et variation des prix de l'immobilier
Graphe 2

AVERTISSEMENT

Ce document est conçu exclusivement à des fins d’information.

Groupama Asset Management et ses filiales déclinent toute responsabilité en cas d’altération, déformation ou falsification dont ce document pourrait faire l’objet. Toute modification, utilisation ou diffusion non autorisée, en tout ou partie de quelque manière que ce soit est interdite.

Les informations contenues dans cette publication sont basées sur des sources que nous considérons fiables, mais nous ne garantissons pas qu’elles soient exactes, complètes, valides ou à propos.

Ce document a été établi sur la base d’informations, projections, estimations, anticipations et hypothèses qui comportent une part de jugement subjectif. Les analyses et conclusions sont l’expression d’une opinion indépendante, formée à partir des informations publiques disponibles à une date donnée et suivant l’application d’une méthodologie propre à Groupama AM. Compte tenu du caractère subjectif et indicatif de ces analyses, elles ne sauraient constituer un quelconque engagement ou garantie de Groupama AM ou un conseil en investissement personnalisé.

Edité par Groupama Asset Management – Siège social : 25 rue de la ville l’Evêque, 75008 Paris – Site web : www.groupama-am.com

Prec.
Pétrole : ce « peak oil » qui arrive plus vite que prévu
Suiv.
BCE : pourquoi une pause n’est pas à l’ordre du jour
Plus de publications

Abonnez-vous

Abonnez-vous et recevez toutes les semaines notre newsletter économique et financière.