France : la solution est-elle la dépense publique ?

Il s’est formé apparemment un consensus en France pour défendre l’idée que la solution aux problèmes structurels était un supplément de dépenses publiques (éducation, santé, industrie, transition énergétique, justice, recherche, soutien du pouvoir d’achat en face de la hausse des prix des matières premières, défense…).

Mais il faut aussi comprendre qu’on va probablement se trouver maintenant dans un environnement économique différent, avec des raretés et des pressions inflationnistes, donc avec une politique monétaire de la BCE durablement plus restrictive, des taux d’intérêt plus élevés et l’arrêt des achats d’obligations par la BCE.

Dans cet environnement économique différent, les contraintes budgétaires vont revenir, et le problème central de la politique économique va devenir de pouvoir desserrer ces contraintes pour retrouver des marges de manœuvre budgétaires et ne pas devoir renoncer à toutes les dépenses publiques qui ont été annoncées.

On sait que la clé est alors le taux d’emploi : si, par des réformes du système éducatif, du système de formation professionnelle, de requalification des chômeurs, on sait accroître le taux d’emploi en France et le rapprocher du niveau observé en Allemagne, en Europe du Nord, au Royaume-Uni, alors la hausse de la production potentielle apportera les marges de manœuvre budgétaires souhaitées. Mais si le taux d’emploi reste anormalement faible, la nécessité de réduire les déficits publics ira à l’encontre de toutes les annonces de politique budgétaire qui sont faites. La solution ne peut pas être seulement la dépense publique ; s’il faut effectivement davantage de dépense publique, il faut que cela permette une forte hausse du taux d’emploi, ce qui doit être le critère de choix des dépenses publiques.

Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Prec.
Le journal des biotechs : Olivier Soula, directeur général délégué d’Adocia
Suiv.
Les géants du numérique méritent-ils des likes ?
Plus de publications

Abonnez-vous

Abonnez-vous et recevez toutes les semaines notre newsletter économique et financière.