Traders | La revue de presse économique et financière

Freinez votre QE?

Agence SAND

Les prix du marché minimisent toujours les risques pour les Gilts avec une Banque d’Angleterre sous pression.

Cette semaine, le marché a dû digérer une nouvelle hausse de l’IPC britannique avec une inflation qui s’est envolée à 2,5% en rythme annuel, selon les données de juin. La BoE maintient que l’inflation est temporaire, mais son ampleur et le contexte actuel jettent le doute. Ces 2,5% dépassent à nouveau l’objectif de 2% fixé par la BoE. De plus, le fait que cette inflation débordante survient plutôt rapidement dans la reprise économique du Royaume-Uni (avant même le «Freedom Day» du 19 juillet) semble sérieusement augmenter la probabilité que le seuil clé de 3% pour l’IPC soit franchi. Si la BoE s’éloigne de plus de 1% de son objectif d’inflation, elle doit s’en expliquer formellement au gouvernement. Jusque-là, elle n’a laissé transparaître ses préoccupations que dans les propos de Michael Saunders, membre du Comité de politique monétaire, et du gouverneur adjoint Dave Ramsden. Ce dernier a averti que l’inflation pourrait atteindre 4% cette année et que la BoE pourrait devoir réduire son soutien monétaire plus tôt qu’il ne l’avait prévu. Michael Saunders a ajouté que «la question de l’opportunité d’une réduction rapide de notre programme actuel d’achats d’actifs sera à prendre en considération lors de nos prochaines réunions».

Lire la suite

Vous avez trouvé cette publication intéressante ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne / 5. Nombre de votes :

Aucun vote pour l'instant. Soyez le premier à noter cette publication.

Merci pour votre vote !

Vous pouvez ajouter un commentaire (optionnel).

Dites-nous en plus (optionnel) :

Total
3
Shares
Dernières actualités économiques et financières
Trading | La revue de presse économique et financière
+ PLUS

Marchés financiers : analyses et perspectives pour la fin de l’année

Thanksgiving a marqué le début de la période des fêtes de fin d’année mais certains mouvements constatés sur les marchés financiers donnent l’impression que les investisseurs pensent déjà à l’année prochaine. Les interrogations sur la nature de l’inflation et l’attitude qu’adoptera la Réserve fédérale américaine (Fed) en 2022 restent primordiales et expliquent la volatilité importante des obligations gouvernementales. La situation sanitaire apparaît une fois de plus (la cinquième !) comme le trouble-fête en Europe. Des tensions géopolitiques, plus ou moins graves, ressurgissent. Le scénario économique reste malgré tout favorable.