Gestion internationale : les grands mérites du marché japonais

Après avoir pesé 40% de la capitalisation boursière du MSCI Monde dans les années 80, le marché japonais n’en représente plus que 6% aujourd’hui – mais avec toujours 16% du nombre de sociétés de ce même indice. En écho aux derniers commentaires de Warren Buffet, nous pensons que les évolutions des dernières années justifient qu’une place importante soit consacrée au Japon dans les portefeuilles.

Quasi-absent de la liste des Titans – il est vrai ultra-dominée par les valeurs américaines – le marché boursier japonais reste cependant très profond, avec plus de 200 sociétés dont la capitalisation dépasse les 5 milliards d’euros. Longtemps plombées par la très faible croissance du pays et par la déflation japonaise, ces entreprises ont fini par s’extirper de la stagnation en s’internationalisant. Réadaptées, elles jouissent aujourd’hui de la dynamique régionale emmenée par la Chine et par le « hub » industriel asiatique en général. La croissance tendancielle de leurs bénéfices est désormais largement supérieure à celle de l’économie japonaise (graphique 1).

En parallèle, la gouvernance des sociétés japonaises cotées a lentement mais nettement évolué depuis les premières grandes lois de la fin des années 2000, et encore plus depuis 2015, lois qui renforcent les intérêts des actionnaires minoritaires. De nombreuses pesanteurs persistent, mais la pratique des participations croisées a par exemple beaucoup décliné, et les nominations de membres indépendants dans les comités de direction se sont généralisées. Le processus législatif s’est encore renforcé en 2021 dans un sens qui rapproche Corporate Japan des pratiques courantes en Europe et aux Etats-Unis. Pour les actionnaires, ces évolutions se sont traduites par une hausse des distributions de dividendes et par le recours plus fréquent aux rachats d’actions. Le rendement actuel des dividendes se situe à environ 2,7%, soit un point de plus qu’il y a dix ans (graphique 2), chiffre auquel il faut ajouter les effets de la pratique de plus en plus fréquente des rachats d’actions, ce qui produit un taux de distribution total d’environ 3,5%. Les entreprises japonaises ont encore des marges de manœuvres importantes pour continuer à faire progresser la distribution des bénéfices.

Après avoir été beaucoup trop cher en termes de PER (rapport cours-bénéfice) jusqu’au milieu des années 2000, le marché japonais est devenu depuis plus de dix ans presque toujours le plus attractif du monde développé (graphique 3). Il bénéfice de plus de la faiblesse de l’endettement des entreprises japonaises (dette nette médiane à zéro), des achats réguliers de la Banque du Japon, d’un yen très sous-évalué et de taux réels négatifs, ce qui n’est plus le cas sur les marchés occidentaux. Il n’est donc pas très étonnant que Warren Buffet se soit très récemment déclaré s’intéresser au marché des actions japonaises (voir son interview au journal Nikkei le 12 avril).

Dans nos portefeuilles internationaux, le marché japonais représente 16% de nos investissements en actions, en ligne avec le poids du japon dans le MSCI Monde équipondéré mais très probablement au-dessus de la plupart des gestions internationales concurrentes qui se comparent le plus souvent au MSCI Monde classique. Nous couvrons la plus grande partie du risque de change.

Avec ses caractéristiques si particulières et son poids important dans notre benchmark, le marché japonais sera un contributeur clef au couple performance-risques de nos fonds globaux grâce à la diversification qu’il apporte. Ce sera particulièrement le cas pour le fonds que nous venons de lancer : Dorval Global Vision. Ce fonds est investi à 100% en actions internationales des pays développés, avec un process d’investissement par paniers équipondérés et une gestion cœur-satellite. Il réplique le process de gestion de la poche actions des fonds de la Gamme Dorval Global Convictions, process éprouvé depuis de nombreuses années. Nous nous tenons à votre disposition pour toutes informations.

Télécharger la lettre hebdomadaire en version PDF : Taux d’exposition Gamme Dorval Asset Management – 17 avril 2023

Prec.
Assurance-vie : fiscalité et déclaration d’impôts
Suiv.
Pétrole : “Essence et dépendances”
Plus de publications

Abonnez-vous

Abonnez-vous et recevez toutes les semaines notre newsletter économique et financière.