117
0

Inflation : Il n’est plus question d’augmenter les marges, mais de les défendre

117
Un homme regardant son ticket de caisse pour illustrer l'augmentation des prix liés à l'inflation.

A peine ont-ils digéré les élections françaises que les investisseurs entament la saison des publications de résultats. Au menu ce trimestre, un chiffre d’affaires attendu en hausse de plus de 7% pour les sociétés européennes cotées. Chez Nestlé par exemple, la flambée des prix en rayon dope la croissance organique. Mais pour son PDG, Mark Schneider, l’heure est à la prudence : “il n’est plus question “d’augmenter les marges, mais de les défendre, et de passer au consommateur la hausse des prix la plus raisonnable possible”. Flambée des matières premières, emballement des coûts logistiques, premiers signes de sursaut des salaires : tous les postes de dépenses des entreprises devraient progresser cette année. Plus que le dynamisme des recettes, c’est donc la résilience de la marge opérationnelle qui permettra, au gré des publications, de distinguer le bon grain de l’ivraie. Combiné à la hausse des rendements obligataires (la plus rapide de ces vingt dernières années) ce critère de profitabilité invite les investisseurs à rester à l’écart des valorisations trop élevées. A la quête de la croissance à tout prix des années 2020 et 2021 pourrait donc succéder un âge de raison. Difficile de dire s’il n’est que le prélude d’une adaptation des marchés au risque de récession ou le début d’une ère de la grande modération des valorisations boursières… Mais, en attendant, la baisse de 40% de Netflix atteste de la violence que revêtissent ces ajustements à la réalité. Le géant de la vidéo à la demande, qui table désormais sur une décroissance de son parc d’abonnés, évoque le caractère de plus en plus compétitif de son industrie. Ce qu’il oublie d’admettre, c’est qu’au Royaume-Uni, où l’inflation bat son plein, 1,5 million d’abonnements VOD viennent d’être résiliés : un record.

Les ménages britanniques qui sentent l’inflation mordre sur leur pouvoir d’achat commencent ainsi à réduire leurs dépenses, en coupant dans le nombre de leurs abonnements. Tel un virus, l’inflation se propage, ainsi que ses effets secondaires inattendus… Avec en moyenne 15 abonnements par foyer aux Etats-Unis, un grand nombre de sociétés digitales, en apparence immunes à l’inflation, pourraient-elles aussi faire les frais de ce syndrome qui porte déjà un nom : la subscription fatigue…

Texte achevé de rédiger le 25 avril 2022 par Thomas Planell, Gérant – analyste.

Cet article ne constitue ni une offre de souscription ni un conseil en investissement. Ce document promotionnel est un outil de présentation simplifié et ne constitue ni une offre de souscription ni un conseil en investissement. Ce document ne peut être reproduit, diffusé, communiqué, en tout ou partie, sans autorisation préalable de la société de gestion.

DNCA Investments est une marque commerciale de DNCA Finance

DNCA Finance
WRITTEN BY

DNCA Finance

DNCA Investments est reconnue pour sa gestion de convictions. Elle rassemble des spécialistes expérimentés qui mettent en œuvre une approche patrimoniale de la gestion au service d’investisseurs privés et institutionnels.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Dernières publications

Newsletter

* champs obligatoires

Veuillez sélectionner les communications que vous souhaitez recevoir :



Vous pouvez vous désinscrire à tout moment en cliquant sur le lien en pied de page de nos e-mails. Pour plus d'informations sur nos pratiques de confidentialité, veuillez visiter notre site.

Nous utilisons Mailchimp comme plateforme d'envoi. En cliquant ci-dessous pour vous abonner, vous reconnaissez que vos informations seront transférées à Mailchimp pour traitement.

En savoir plus sur les pratiques de confidentialité de Mailchimp.