Investir dans un environnement macro toujours plus compliqué

Alors que la guerre en Ukraine et les tensions inflationnistes perdurent, que l’économie chinoise est fortement impactée par les restrictions sanitaires et que les perspectives de durcissement des politiques monétaires se précisent, les craintes sur les perspectives économiques prennent de plus en plus d’ampleur. Dans un tel contexte, la prudence doit rester de mise dans les choix d’investissement.

Cependant, nous conservons comme scénario central une stabilisation de la situation en Ukraine sans embargo brutal sur les exportations d’énergie russe vers l’Europe, et une ré-accélération de la Chine à partir du milieu d’année. Dans ce contexte, nous envisageons un ralentissement économique mais pas de récession, que ce soit aux Etats-Unis ou en Europe au moins à horizon de 12-mois. L’inflation devrait aussi ralentir graduellement, mais resterait, à notre avis, au-dessus des cibles. Compte tenu des ajustements marqués des valorisations des actifs financiers depuis le début de l’année, les risques de la poursuite de fortes baisses des obligations d’Etat se réduisent et les actions conservent un léger potentiel de hausse.

Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Prec.
États-Unis : Que penser de la contraction du PIB au premier trimestre ?
Suiv.
La dette privée à impact : une classe d’actifs en développement destinée à des investisseurs en quête de solutions responsables
Plus de publications

Abonnez-vous

Abonnez-vous et recevez toutes les semaines notre newsletter économique et financière.