Starwars | Les actualités économiques et financières

Investisseurs haussiers : Le Retour Du Jedi

Pour celles et ceux d’entre vous qui n’ont pas la référence, le titre de ce billet fait écho au troisième volet de la première trilogie des Star Wars – produit par Lucasfilm et sorti en 1983.

C’est dans cet épisode que Dark Vador – la figure du mal – opère un retour à la raison salvateur et termine par tuer son maître à penser, l’un des personnages les plus maléfiques de l’opus, juste avant que ce dernier n’ait pu commettre l’irréparable en assassinant Luke Skywalker (le fils de Vador). Un come-back d’anthologie pour les cinéphiles (à regarder ici).

Cela a l’air assez éloigné des marchés me direz-vous? Et bien pour en faire une analogie simple, il semblerait que les récentes semaines aient vu une forme de “Retour du Jedi” des investisseurs haussiers.

En effet, ces derniers ont réussi à arracher les indices de leur situation de bear market (baisse supérieure à 20%) en faisant par exemple reprendre au S&P 500 plus de 17% en 2 mois (du 16 juin au 16 août). De quoi donner des idées de retour grandiose à Georges Lucas.

“Rebond”, “Rallye”, “Détente”…. autant de qualificatifs médiatiques pour que les investisseurs qui souffraient sur ce premier semestre jubilent. Néanmoins il y a un hic : personne n’est en mesure d’amener une justification tangible à ce mouvement de hausse qui a animé les marchés ces dernières semaines. Colosse aux pieds d’argile ? Sûrement…

Entre la séance de vendredi et celle de lundi à l’heure où j’écrivais ce billet (il était 18h02 pour être précis), le S&P avait reperdu pas loin de 3%, le franc suisse (l’un des piliers des stratégies sécuritaires) touchait son plus haut historique à 1.05 contre l’euro, et il en allait de même pour l’euro contre dollar qui passait sous la parité. Dans le même temps, les taux d’intérêt se retendait (notamment avec un 10 ans US qui repassait au-dessus des 3%). L’aversion au risque pourrait bien être de retour.

Et si Dark Vador ne revenait finalement pas à la raison en 2022 ?

AVERTISSEMENT

Cette présentation est un document à caractère promotionnel. Le contenu de ce document est communiqué par et est la propriété de Monocle Asset Management. Monocle Asset Management est une société de gestion de portefeuille agréée par l’Autorité des Marchés Financiers sous le numéro GP-20000040 et enregistrée auprès de l’ORIAS en qualité de courtier d’assurance sous le numéro 10058146. Aucune information contenue dans ce document ne saurait être interprétée comme possédant une quelconque valeur contractuelle. Ce document est produit à titre purement indicatif. Les perspectives mentionnées sont susceptibles d’évolution et ne constituent pas un engagement ou une garantie.   L’accès aux produits et services présentés ici peut faire l’objet de restrictions à l’égard de certaines personnes ou de certains pays. Le traitement fiscal dépend de la situation de chacun. Le fonds mentionné dans le document (Monocle Fund SICAV) est autorisé à la commercialisation en France et éventuellement dans d’autres pays où la loi l’autorise. Préalablement à tout investissement, il convient de vérifier si l’investisseur est légalement autorisé à souscrire dans le fonds. Les risques, les frais et la durée de placement recommandée des OPC présentés sont décrits dans les DICI (documents d’information clé pour l’investisseur)/KIDD (key investor information documents) et les prospectus, disponibles gratuitement auprès de Monocle Asset Management et sur le site internet. Le DICI doit être obligatoirement remis aux souscripteurs préalablement à la souscription.   Les performances passées ne sont pas un  indicateur  fiable  des  performances futures. Monocle Asset Management ne saurait  être  tenue  responsable  de  toute  décision  prise  ou  non  sur  la  base  d’une information contenue dans ce document, ni de l’utilisation qui pourrait en être faite par un tiers. L’investisseur peut perdre tout ou partie du montant de capital investi, les OPC n’étant pas garantis en capital.

Prec.
Quel est l’impact de l’inflation sur l’épargne ?
Suiv.
Les microcaps : le secteur innovant de la santé en quête de financements