Japon : un pivot monétaire dès le 19 mars est prématuré

Au Japon, les résultats du premier cycle de négociations salariales annuelles (« shunto[1] ») ont été publiés aujourd’hui. Selon la Confédération des syndicats (Rengo), la hausse des salaires accordée s’est élevée à 5,3 % en moyenne contre 3,6 % l’année dernière. Il s’agit de la plus forte augmentation depuis 33 ans. La hausse des salaires minimum (de base) négociée pourrait atteindre 3,7 % contre 2,3 % en 2023.

 
Les chiffres préliminaires suggèrent que la dynamique de hausse des salaires va s’accélérer, ce qui permet à la Banque du Japon (BoJ) de franchir la prochaine étape de la normalisation de sa politique monétaire. Toutefois, ils ne sont pas suffisants pour déclencher le pivot[2] dès la réunion des 18-19 mars :

  • Il ne s’agit que du premier « round » des négociations : les résultats du « shunto » sont annoncés au fur et à mesure entre mi-mars et juillet. Au cours des années précédentes, les résultats des premiers cycles de négociations avaient tendance à être supérieurs aux accords successivement annoncés ultérieurement. En effet, ils sont basés sur les négociations menées par 771 syndicats qui représentent environ 7 millions de travailleurs. Ces derniers sont issus principalement des grands groupes industriels qui ont des marges bénéficiaires plus élevées et qui peuvent in fine accorder des augmentations salariales plus importantes. En revanche, les négociations dans les PME, qui représentent 99 % des entreprises japonaises et 70 % de la main d’œuvre, ne devraient s’achever qu’à partir de fin mars avec des annonces en avril et mai. La plupart d’entre elles n’ont pas le pouvoir de fixation des prix nécessaire pour répercuter la hausse des coûts sur les prix finaux, d’où des hausses salariales moins importantes. L’année dernière, 5272 organisations syndicales ont participé aux négociations au total ;
  • Les données macroéconomiques restent fragiles : la consommation privée reste trop faible pour enclencher un cycle inflationniste durable alors que la hausse des salaires nominaux prévue ne devrait pas entamer une amélioration franche du pouvoir d’achat. Les salaires réels se sont contractés en janvier pour le 21e mois consécutif.

Ainsi, la normalisation monétaire sera progressive et la banque centrale prendra des mesures prudentes et ordonnées. La BoJ va devoir attendre pour évaluer la croissance des salaires et l’impact de celle-ci sur l’inflation et la consommation privée. Or, les chiffres des salaires du mois de mars/avril et les comptes nationaux du 1er trimestre ne seront pas connus avant la réunion des 25-26 avril. En plus, le Comité est encore très divisé concernant la stratégie de sortie comme le souligne les derniers discours de ses membres.


Plus concrètement, nous attendons une annonce majeure au plus tôt en avril, voire en juin. Nous pensons aussi que la BoJ commencera par enlever le contrôle du taux 10 ans avant de remonter les taux courts afin de préserver la pentification de la courbe des rendements.

Termes et définitions
1. shunto. Le Shunto, ou Shuntō, est un terme japonais qui signifie "printemps offensif". Il fait référence à une série de négociations salariales annuelles entre les syndicats et la direction des entreprises au Japon.
2. Pivot de la Fed ( pivot ) Le pivot de la Fed est la politique monétaire de la Réserve fédérale des États-Unis (Fed).
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Prec.
La chronique IsoBourse du 16 mars 2024
Suiv.
L’Eurostoxx50 tourne la page du bien aimé Draghi !
Plus de publications

Abonnez-vous

Abonnez-vous et recevez toutes les semaines notre newsletter économique et financière.