Jeux olympiques : un évènements aux retombées économiques bien faibles…

Pendant des décennies, les Jeux Olympiques ont été un important vecteur de soft power pour le pays organisateur, captivant l’attention mondiale et insufflant un sentiment de fierté nationale. Pourtant, au-delà de l’éclat et de l’enthousiasme, une réalité plus nuancée se profile, remettant en question la valeur économique de cet événement pour les pays hôtes.

Traditionnellement perçus comme une opportunité de stimuler la croissance économique, d’attirer le tourisme et de moderniser les infrastructures, les Jeux Olympiques sont désormais scrutés sous un jour plus critique. Les études récentes menées par des cabinets d’analyse économique réputés, pointent des retombées économiques souvent décevantes, voire négatives. Les coûts exorbitants de l’organisation, l’investissement dans des infrastructures parfois éphémères, et l’impact limité sur la croissance économique à long terme sont autant de facteurs qui alimentent ce débat.

Plusieurs précédents

L’histoire des Jeux olympiques modernes regorge d’exemples où ces[1] événements ont entraîné des pertes financières substantielles pour les pays hôtes.

Un cas emblématique est celui d’Athènes en 2004. Les Jeux ont coûté à la Grèce environ 9 milliards d’euros, un montant bien supérieur aux prévisions initiales. Cette dépense a aggravé la crise de la dette du pays, contribuant à une récession économique prolongée.

De même, les Jeux de Rio de Janeiro en 2016 ont laissé un héritage de stades inutilisés et de dépenses publiques non rentabilisées, dans un contexte de crise politique et économique au Brésil. Les installations, construites à grands frais, sont devenues des éléphants blancs, tandis que le budget initial de 13 milliards de dollars a largement été dépassé.

De plus, les Jeux d’hiver de Sotchi en 2014, en Russie, sont devenus les plus chers de l’histoire, avec un coût estimé à 50 milliards de dollars. Cet investissement colossal n’a pas généré les retombées économiques escomptées, laissant derrière lui des infrastructures sous-utilisées.

Des exemples qui illustrent la difficulté à équilibrer les coûts élevés avec les bénéfices économiques à long terme, posant la question de la viabilité financière des Jeux olympiques pour les pays hôtes.

Les principales raisons de ce faible impact économique sont multiples

Coût élevé des Jeux
Les Jeux olympiques représentent un investissement considérable et souvent mal maîtrisé. Pour les Jeux de Paris 2024, le budget initial s’élevait 6,8 milliards d’euros lorsque la France a déposé en 2017 son dossier de candidature pour les Jeux olympiques de 2024. Sept ans plus tard, il est désormais de 8,8 milliards d’euros (0,4 % du PIB français) soit une augmentation de 30%. Un investissement considérable qui n’est pas immédiatement compensé par les retombées économiques générées par l’événement.

Impact limité sur la croissance
Une étude du cabinet Asterès a analysé l’impact macro-économique des Jeux olympiques sur les pays hôtes depuis les années 1990. Il en ressort que si les Jeux olympiques augmentent le PIB du pays hôte c’est uniquement sur une courte période et que cette hausse est généralement inférieure à 0,1 % du PIB annuel.

Effets économiques négatifs
Les Jeux engendrent des inconvénients tels que l’augmentation des prix, la congestion du trafic ou encore la pollution de l’environnement, impactant négativement l’économie locale.

Et pour Paris 2024 ?

Pour les Jeux de Paris 2024, le cabinet Asterès prévoit la création de 116 000 emplois et une valeur ajoutée de 9,8 milliards d’euros. Des chiffres qui restent modestes au regard de la taille de l’économie française…

Termes et définitions
1. Consumer Expectations Survey ( ces ) Le Consumer Expectations Survey (Enquête sur les Attentes des Consommateurs) est une enquête périodique qui vise à mesurer les attentes et les perceptions des ménages concernant différents aspects économiques, tels que l'inflation, les dépenses de consommation, le revenu disponible, le crédit, l'épargne et l'emploi.
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Prec.
Comment évoluent les indices boursiers durant une année présidentielle aux USA ?
Suiv.
BlackRock : Quand les types de 130 kilos disent certaines choses, les types de 60 kilos les écoutent
Plus de publications