La « bulle » sur les actions va pouvoir continuer à gonfler 

L’indice boursier a augmenté de 26,9 % sur un an (S&P) ou de 34,9 % sur un an (Nasdaq) aux États-Unis ; il a augmenté de 12,4 % sur un an (Euro Stoxx) dans la zone euro.

La valorisation boursière est très élevée, en particulier pour les « 7 Magnifiques » aux États-Unis (Meta, Alphabet, Tesla, Microsoft, Apple, Nvidia, Amazon) et pour les quelques entreprises européennes dont le cours boursier a beaucoup augmenté (Novo Nordisk, Rolls Royce, Stellantis, Ferrari, Hermès, Unicredit, BBVA).

Il faut se demander quel type de choc pourrait faire « exploser » cette bulle. Probablement, ce serait le cas :

  • si les baisses de taux d’intérêt de la Réserve fédérale et de la BCE s’arrêtaient prématurément, en cas de sous-estimation de l’inflation future par les banques centrales ;
  • si la situation géopolitique se dégradait encore (extension du conflit en Ukraine…).

D’habitude, les bulles sont corrigées par une remontée des taux d’intérêt ; si les taux d’intérêt baissent comme il est anticipé sur les marchés financiers, les bulles deviendront encore plus importantes.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Prec.
Couacs chinois – Ou, l’indésirable retour de la Chine
Suiv.
L’inflation aux États-Unis est non seulement élevée mais elle accélère
Plus de publications

Abonnez-vous

Abonnez-vous et recevez toutes les semaines notre newsletter économique et financière.