La Chine et les États-Unis rythmeront l’année 2024

Entre consommateur américain et demande intérieure chinoise, l’année 2024 sera rythmée par l’évolution de l’économie des deux géants et par leur rivalité. L’ombre du retour de Trump risque de troubler la danse.

A eux deux, Chine et Etats-Unis représentent plus de 40% du PIB mondial et les deux-tiers des dépenses militaires de la planète. Autant dire que, tous les ans, le regard des investisseurs est braqué sur les deux rives du Pacifique.

Mais 2024 se distingue particulièrement. Non seulement ces deux moteurs économiques présentent chacun, à l’orée de la nouvelle année, des perspectives très incertaines, mais les interactions entre ces deux géants pourraient bien faire des étincelles dans une année à fort enjeu politique.

La Chine a été la grande déception économique de 2023. Alors qu’on attendait des étincelles après l’arrêt brutal du « Zero CoVid » en décembre 2022, la croissance finale du pays n’excèdera que de peu la barre des 5% – 5,4% selon les dernières estimations du FMI, publiées en novembre dernier – malgré un point de comparaison très favorable compte tenu des très fortes restrictions sanitaires qui ont jalonné l’année 2022.

Les causes de l’atonie relative sont bien connues désormais : secteur immobilier en chute libre avec des faillites en cascades et la baisse continue des prix comme des volumes, confiance des ménages au plus bas avec un taux d’épargne des ménages urbains à 38% et un taux de chômage à 6,6% contre 5% dans les prévisions officielles, sans oublier le faible enthousiasme des entreprises privées comme le signalent les indicateurs PMI[3], oscillant autour de la barre des 50.

C’est Xi Jinping lui-même qui a synthétisé la situation en décembre devant le Politburo en disant que la reprise chinoise était « à un point critique ». Néanmoins, grâce aux fortes injections de liquidités de la banque centrale et au stimulus de crédit via les banques régionales, le pire, à savoir une spirale déflationniste, a été évité jusqu’ici. D’ailleurs, notre indicateur Montpensier MMS de Momentum[2] économique, à 72, est fermement ancré en territoire d’expansion grâce aux indicateurs de production manufacturière.

Notre indicateur MMS de momentum de croissance économique chinois est en accélération à 72

Source : Bloomberg / Montpensier Finance au 2 janvier 2024

Reste maintenant aux autorités à mettre en œuvre un plan de relance de la demande intérieure pour retrouver un niveau de progression annuel d’activité autour de 6%, compatible avec l’ambition du pays de retrouver sa première place mondiale, abandonnée au 19ème siècle. Ce sera tout l’enjeu économique de 2024 pour l’Empire du Milieu.

Ceci étant, l’année risque fort de démarrer sous des auspices bien plus politiques dans la mer de Chine. Dès le 14 janvier se dérouleront en effet les élections présidentielles à Taiwan, pour lesquelles le candidat du PDP pro-indépendantiste au pouvoir, William Lai, est le grand favori. Quel que soit le vainqueur, ses premières déclarations et surtout son positionnement vis-à-vis de Pékin seront scrutés de près et pourraient générer de fortes tensions dans une région encore plus critique pour le monde que le très surveillé Moyen-Orient.

Cet événement sera d’autant plus examiné qu’il aura lieu la veille du début officiel de la longue marche des primaires républicaines aux Etats-Unis, le 15 janvier lors du « caucus » de l’Iowa. Ce premier scrutin, traditionnel mais atypique dans sa forme, ouvre une année électorale à très forts enjeux pour le pays et pour les relations avec le grand rival chinois.

Car la rivalité avec la Chine risque fort d’être l’objet d’une surenchère des principaux candidats. Si Donald Trump confirme, dans les huit semaines qui s’écouleront entre le caucus de l’Iowa en janvier et le « Super Tuesday » le 5 mars 2024, date à laquelle plus d’un tiers des délégués à la convention Républicaine auront été désignés, son statut de « super favori » du Grand Old Party, les discours enflammés pourraient bien se succéder dans un concours à qui protègera au mieux les intérêts nationaux. De là à tomber dans le protectionnisme le plus pur, il n’y a qu’un pas, très facile à franchir en période de campagne électorale.

Or les marchés, s’ils apprécient, côté Biden, le soutien à l’industrie et côté Trump, les baisses d’impôts et de régulation, se méfient des taxes à l’importation et autres restrictions au commerce mondial.

Lors du premier mandat de Donald Trump, les différentes étapes de mise en place de la « guerre des tarifs douaniers » voulue par le quarante-cinquième Président, ont provoqué à l’époque des corrections et une érosion des indicateurs de moral économique. Et Trump ne fait pas mystère de sa volonté d’imposer une taxe de 10% sur tous les produits importés aux Etats-Unis, quelle que soit leur provenance.

Ces perspectives auront d’autant plus d’importance que la situation économique américaine est plus fragile qu’on ne le pense. Malgré un indicateur Montpensier de Momentum économique à 54, donc en territoire positif, grâce à l’amélioration de la production industrielle, les signes d’inquiétudes se multiplient.

Notre indicateur MMS de croissance économique américain est en territoire positif autour de 54

Source : Bloomberg / Montpensier Finance au 2 janvier 2024

Certes, le consommateur américain, le seul finalement qui a soutenu la croissance mondiale en 2023, résiste encore – merci la baisse de l’essence – et les premiers retours des grands opérateurs de cartes de crédit sur les ventes pendant la période des fêtes sont positifs.

Mais cet élan se fait au prix d’une forte progression dans l’utilisation des mécanismes de paiements différés, ce qui n’est jamais très bon signe. Heureusement, l’endettement des ménages demeure bien plus réduit qu’avant la crise financière de 2007, ce qui préserve l’avenir, mais on ne peut plus compter sur la seule consommation américaine pour tirer l’activité en 2024.

D’autant que le soutien budgétaire très puissant l’an passé – jusqu’à 6% de progression annualisée du déficit primaire en août – ne pourra se maintenir compte tenu des discussions très tendues au Congrès.

Plus inquiétant, les entreprises du pays n’ont plus le moral : l’ISM manufacturier[1], traditionnel baromètre avancé de la conjoncture américaine, vient de signer douze mois consécutifs sous le seuil des 50, ce qui se traduit en général par une récession : historiquement seule l’année 1954 a défié cette statistique.

Il faudra donc compter, encore une fois, sur la Fed pour alléger les pressions sur le tissu économique du pays et desserrer les contraintes financières sur les ménages. Jerome Powell a annoncé la possibilité d’une nouvelle approche lors de la réunion de politique monétaire du 14 décembre dernier. Les marchés ont déjà fortement anticipé un tel changement en faisant plonger le rendement du 10 ans américain sous les 4%, bien loin des 5,2% atteints fin octobre.

La poursuite et l’amplification de ce mouvement, nécessaire pour permettre un atterrissage en douceur de l’économie américaine et mondiale, ne pourra se faire que si l’inflation se réduit encore. Et donc si la relance de la demande intérieure chinoise, ce « joker » des marchés en 2024, se fait sans exubérance afin de ne pas faire flamber le cours des matières premières en général et du pétrole en particulier.

L’année chinoise du « Lapin d’Eau » s’achève en Chine, elle a vu la prudence économique l’emporter sur la prospérité. L’année du « Dragon de Bois » s’annonce. Permettra-t-elle à la sérénité du Bois de compenser le caractère fonceur et dominant du Dragon ? Souhaitons le bon équilibre pour la Chine, les Etats-Unis, le monde et les marchés financiers.

Termes et définitions
1. ISM manufacturier. L’indice ISM manufacturier est un indicateur économique qui mesure le niveau d’activité des manufacturiers aux États-Unis. Il est…
2. Momentum. Le momentum est une mesure quantitative qui indique la vitesse et la quantité de mouvement d’un actif ou…
3. PMI. L'indice PMI (Purchasing Managers' Index) est un indicateur mensuel qui mesure la performance des secteurs de l'industrie manufacturière et des services.

Rechercher un fonds

NomISINCatégoriePerf.YTD
Gay-Lussac Microcaps A FR0010544791 Actions Euro. Microcaps -1.38 %
Pictet – Clean Energy (P) LU0280435388 Actions techno. 1.59 %
Auris Euro Rendement R EUR Acc LU1599120273 Obligations Europe 0.36 %
Ofi Invest ISR Valeurs Euro IC FR0007045604 Actions Zone Euro 4.41 %
Invesco Euro Equity Fund A Dist LU1240328903 Actions Zone Euro -0.21 %
ODDO BHF Metropole Euro SRI A FR0010632364 Actions Zone Euro 2.02 %
Amundi Funds Euroland Equity R Eur LU1883305846 Actions Zone Euro 3.81 %
Lazard Actions Euro IC FR0010259945 Actions Zone Euro 6.08 %
DNCA Opportunités Zone Euro C FR0012316180 Actions Zone Euro 0.97 %
Echiquier Value Euro A FR0011360700 Actions Zone Euro 0.61 %
Goldman Sachs Eurozone Equity Income R EUR Cap LU1273028123 Actions Zone Euro 3.48 %
R-co Conviction Equity Value Euro C Eur FR0010187898 Actions Zone Euro 0.09 %
Sycomore Fund Sustainable Tech RC EUR LU2181906426 Actions techno. 15.99 %
ODDO BHF Artificial Intllgnc CR-EUR LU1919842267 Actions techno. 10.64 %
CPR Invest Glbl Dsrpt Opp A EUR Acc LU1530899142 Actions techno. 11.30 %
BGF Next Generation Technology A2 EUR H LU1861216510 Actions techno. 6.60 %
EdR SICAV Tech Impact A EUR FR0013488244 Actions techno. 4.31 %
Janus Henderson Glb Tech&Inno A2 HEUR IE0002167009 Actions techno. 12.36 %
Tocqueville Global Tech ISR C FR0013529914 Actions techno. 15.22 %
Allianz Cyber Security WT H2 EUR Acc LU2357305882 Actions techno. 7.13 %
Echiquier Artificial Intelligence B EUR LU1819480192 Actions techno. 14.29 %
Mélanion BTC Equities Universe UCITS ETF EUR FR0014002IH8 Cryptos -5.72 %
TOBAM Bitcoin CO2 Offset Fund A1 FR0013293859 Cryptos 35.63 %
La Française Carbon Impct Flt Rt TC USDH FR001400D724 Obligations Europe 1.36 %
Carmignac Pf Flexible Bond A USD Acc H LU0807689749 Obligations Europe 0.53 %
Income Euro Selection P FR0010363648 Obligations Europe 1.90 %
Ostrum Euro ABS Opportunities I(C) EUR FR0010286195 Obligations Europe 1.45 %
DNCA Invest Credit Conviction N EUR LU1234712617 Obligations Europe 1.33 %
Hottinguer Oblig C FR0010269803 Obligations Europe 1.38 %
Ecofi Taux Variable C FR0011045137 Obligations Europe 1.22 %
Octo Crédit Value C FR0013192622 Obligations Europe 1.25 %
GS European ABS – I Cap EUR LU1900228542 Obligations Europe 2.09 %

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Prec.
La dégradation du marché du travail américaine s’accélère selon l’enquête JOLTS
Suiv.
2024 : Poursuite d’un cycle économique atypique ?
Plus de publications