Marchés émergents : Inde | Les actualités économiques et financières

La dispersion domine: comment les investisseurs obligataires peuvent s’appuyer sur les caractéristiques propres des différents marchés émergents

Compte tenu des profondes différences entre les pays composant l’univers de la dette des marchés émergents, les investisseurs devraient envisager une approche fondée sur la performance absolue.

Dispersion des performances

Alors que le climat économique s’est assombri en 2021 et que des tempêtes menaçaient de s’abattre sur 2022, la nervosité s’est emparée des investisseurs au sujet de la dette des marchés émergents. En raison du manque de visibilité sur la COVID et l’économie, certains investisseurs ont éprouvé des difficultés à se positionner vis-à-vis du marché et beaucoup l’ont quitté: en 2021, les flux de capitaux sortants nets des dettes émergentes ont atteint leur plus haut niveau depuis 20151. Cela dit, dans leur désinvestissement généralisé, les investisseurs semblent avoir oublié certaines des raisons pour lesquelles ils avaient été attirés par les obligations des marchés émergents en premier lieu.

Le fait est que cette classe d’actifs n’est pas – et n’a jamais été – caractérisée par des investissements homogènes. Les marchés qui composent l’univers des obligations des marchés émergents ont des particularités propres bien marquées. Voilà pourquoi ils ne réagissent pas de la même manière aux mêmes forces économiques et géopolitiques, contrairement aux marchés développés qui évoluent généralement de concert. C’est cette dispersion qui donne aux investisseurs en dette des marchés émergents la possibilité de garantir des rendements excédentaires et de maîtriser les risques.

Lire la suite

Prec.
Actions chinoises : à l’est du nouveau
Suiv.
Le géopolitique sur le devant de la scène