FOMC | Les actualités économiques et financières

La Fed envisage de relever la cible finale sur les Fed Funds

Au final, la Fed “converge” vers notre scénario. Le marché du travail est la variable clé. Actuellement, aux États-Unis, la demande de travail excède l’offre d’environ 5 millions, ce qui alimente une inflation salariale dans le secteur privé de 6%.

A l’issue du FOMC, la Fed a relevé son taux directeur de 75pdb (ramenant ainsi la fourchette des Fed Funds à 3.75%-4.00%) et a confirmé la trajectoire de dégonflement de son bilan (cf. graphique 1).

La Fed signale qu’elle pourrait ramener le pas de hausse des Fed Funds de 75pdb à 50pdb dès le prochain comité de mi-décembre, sans pour autant avoir besoin de constater des données d’inflation plus rassurantes. Elle le justifie au regard de l’enveloppe totale des hausses (375 pdb depuis mars 2022), des délais de transmissions de la politique monétaire, de la conjoncture et de l’environnement financier. D’ailleurs, la Fed semble moins convaincue de son scénario central d’un « atterrissage en douceur » de l’économie américaine. S’agissant de la conjoncture, nous observons pour notre part que la hausse des taux hypothécaires provoque une contraction de l’activité dans le secteur de la construction, et nous anticipons que les indicateurs sur le marché de l’immobilier (volume des ventes, prix) devraient fortement corriger.

Bien que la Fed devrait réduire le pas des resserrements monétaires, la tonalité est plus restrictive. En effet, elle envisage de relever la cible terminale des Fed Funds. En particulier, J. Powell considère que le marché du travail reste « très très fort » (ce qui suggère que le prochain Rapport Emploi pourrait surprendre à la hausse), notamment au regard du taux d’emplois vacants qui reste sur un plus haut (graphique 2).  Surtout, J. Powell reconnaît désormais que le marché du travail pourrait résister à une récession.

Au final, la Fed « converge » vers notre scénario. Le marché du travail est la variable clé. Actuellement, aux États-Unis, la demande de travail excède l’offre d’environ 5 millions, ce qui alimente une inflation salariale dans le secteur privé de 6%. Pour garantir sa cible d’inflation à 2%, la Fed doit ramener la hausse des salaires sur un rythme de 4%. Sauf à supposer une forte hausse du taux de participation qui nous semble improbable, la banque centrale doit alors « forcer » la baisse de la demande de travail en provoquant une récession cyclique. Pour cela, la Fed doit ramener son taux directeur bien au-dessus de 5%. Nous maintenons notre cible finale des Fed Funds à 6%.

Prec.
La FED va-t-elle devenir moins agressive ?
Suiv.
Pourquoi les entreprises occidentales continuent-elles d’investir en Chine?