Aperçu de la réserve fédérale américaine (Fed)

La Fed ne changera pas sa “feuille de route” en dépit de la perspective d’une récession industrielle

Qu’en déduisons-nous pour la suite ? La dernière enquête ISM montre que l’écart s’est encore davantage tendu entre des carnets de commande en baisse et des stocks très élevés dans l’industrie (courbe verte du graphique 1). Désormais, ces indicateurs pointent vers une récession dans l’industrie. Pour autant, la perspective d’une récession industrielle ne modifie pas nos anticipations de resserrements monétaires (Fed Funds à 3.50% à fin 2022).

Les Minutes du FOMC de juin révèlent que 3 principaux arguments ont prévalu dans la décision de relever les Fed Funds de 75 pdb  :

  • La hausse des anticipations d’inflation à moyen/long terme, sachant que plus elles augmentent, plus il est difficile pour la Fed de ramener l’inflation sur la cible de 2%.
  • Une considération de « risk management » à savoir qu’en accélérant le resserrement monétaire, la Fed sera dans une bien meilleure position dans le cas où les risques haussiers sur l’inflation se matérialisent.
  • Un enjeu de crédibilité pour la Fed, la conduisant à allonger son horizon et à assumer les éventuels coûts à court terme sur la croissance.

Qu’en déduisons-nous pour la suite ? La dernière enquête ISM montre que l’écart s’est encore davantage tendu entre des carnets de commande en baisse et des stocks très élevés dans l’industrie (courbe verte du graphique 1). Désormais, ces indicateurs pointent vers une récession dans l’industriePour autant, la perspective d’une récession industrielle ne modifie pas nos anticipations de resserrements monétaires (Fed Funds à 3.50% à fin 2022). Un nouveau resserrement de 75pdb est même toujours possible en juillet au regard de la dynamique des anticipations d’inflation à moyen/long terme (cf. notre mesure agrégée, courbe violette du graphique 2).
Au-delà de la Fed, il convient d’admettre que la  » fonction de réaction  » de toutes banques centrales s’est ajustée :

  1. D’une part, le soutien à la croissance relève désormais de la politique budgétaire et non plus de la politique monétaire, ce qui permet aux banques centrales de se focaliser sur leur objectif d’inflation.
  2. D’autre part, les banques centrales ont appris du passé. Dans un environnement de tensions sur les prix, la politique monétaire ne doit pas contrer la récession par des assouplissements monétaires au risque de provoquer une stagflation.

Etats-Unis : Climat des affaires dans l'industrie

Etats-Unis : anticipations d'inflation à moyen / long terme (5-10 ans)

Disclaimer

Ce document est conçu exclusivement à des fins d’information.

Groupama Asset Management et ses filiales déclinent toute responsabilité en cas d’altération, déformation ou falsification dont ce document pourrait faire l’objet. Toute modification, utilisation ou diffusion non autorisée, en tout ou partie de quelque manière que ce soit est interdite.

Tout investisseur doit prendre connaissance avant tout investissement du prospectus ou du document d’information clé de l’investisseur (DICI) de l’OPC. Ces documents et les autres documents périodiques peuvent être obtenus gratuitement sur simple demande auprès de Groupama AM ou sur www.groupama-am.com.

Ce support non contractuel ne constitue en aucun cas une recommandation, une sollicitation d’offre, ou une offre d’achat, de vente ou d’arbitrage, et ne doit en aucun cas être interprété comme tel.

Les équipes commerciales de Groupama Asset Management et ses filiales sont à votre disposition afin de vous permettre d’obtenir une recommandation personnalisée.

Edité par Groupama Asset Management – Siège social : 25 rue de la ville l’Evêque, 75008 Paris – Site web : www.groupama-am.com

Total
0
Shares
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Prec.
Fibee moods : Non, les Fonds de pensions ne sont pas d’affreux capitalistes
Suiv.
Que va-t-il se passer si l’inflation s’emballe dans la zone euro?
Pour aller plus loin