Lettre | La revue de presse économique et financière

La Lettre d’Edouard Carmignac | Juillet 2021

Madame, Monsieur,

Vous vous en souviendrez peut-être, je concluais ma lettre précédente sur une note particulièrement optimiste. « Si, comme nous sommes incités à le croire, l’inflation devait redevenir modérée à la sortie de la pandémie, sous le poids de tensions déflationnistes structurelles (démographiques, technologiques) – auxquelles s’ajouterait une éradication plus lente que prévu de la COVID à l’échelle mondiale -, les attraits de l’Immaculée Conception pourraient porter les marchés actions à des niveaux insoupçonnés ».

Qu’en est-il après la hausse de 7.2% de l’indice mondial au cours des trois derniers mois ? Le concept de l’Immaculée Conception en matière financière – qui rend possible la poursuite de programmes de soutien d’activité budgétivores par le soutien de banques centrales dociles -, est-il donc sans limites ? Assurément, non. La sortie progressive de la pandémie réduit la légitimité du double impératif de protection sanitaire et de protection de l’emploi.

Ainsi, la seule compression des plans de dépense publique réduira l’an prochain la progression de la croissance de 3.9% aux Etats-Unis et de 2.4% en Europe. Parallèlement, Jerome Powell, président de la Fed, se dit prêt à modifier sa politique monétaire accommodante en fonction de l’évolution des tensions inflationnistes et de l’emploi. Cette réduction graduelle des soutiens budgétaires et monétaires, à laquelle s’ajoute le freinage à la reprise apporté par les vagues successives de la COVID, nous amène à revoir à la baisse les fortes prévisions consensuelles de croissance et d’inflation pour les douze prochains mois.

Ce scénario favorisera à la fois une moindre progression des taux d’intérêt et les valeurs de croissance à bonne visibilité qui représentent le cœur de nos portefeuilles, principalement dans les technologies de l’information et la biotechnologie. Grande gagnante de la crise sanitaire, la Chine sera en mesure de maintenir un taux d’activité élevé, tout en desserrant la vis de sa politique monétaire restrictive. Aussi, et malgré quelques préoccupations de gouvernance que nous jugeons passagères, continuera-t-elle d’être un univers privilégié tant pour nos investissements en actions qu’en obligations.

Vous souhaitant un bel été, le plus libéré possible, je vous prie d’agréer, Madame, Monsieur, l’expression de ma considération choisie.

Edouard CARMIGNAC

Vous avez trouvé cette publication intéressante ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne / 5. Nombre de votes :

Aucun vote pour l'instant. Soyez le premier à noter cette publication.

Merci pour votre vote !

Vous pouvez ajouter un commentaire (optionnel).

Dites-nous en plus (optionnel) :

Total
1
Shares
Publications similaires