AccueilAnalysesLa Plume par Igor DE MAACK : au pays de l’or noir et de la mer noire

La Plume par Igor DE MAACK : au pays de l’or noir et de la mer noire

Conflit-Ukraine | Les actualités économiques et financières

L’instant marché financier

« En temps de guerre, la vérité est si précieuse qu’elle doit toujours être protégée par un rempart de mensonges » prétendait Churchill.

La bataille acharnée que les armées russes et ukrainiennes se livrent dans un univers d’informations/désinformations pléthoriques a subitement fait prendre conscience aux Européens (et à leurs peuplesde l’intérêt stratégique de l’accès à la Mer Noire, une région du monde assez peu connue jusqu’au 24 février dernier. Pour le pétrole, les précédents chocs liés à des conflits militaires (guerre du Kippour en 1973 et invasion du Koweït en 1990), avaient déjà donné une indication des risques pour les pays consommateurs (et non producteurs) lorsqu’on déstabilise un producteur important d’or noir.

Les marchés commencent néanmoins à « s’habituer à cette guerre » et à reprendre un peu d’allant tant que les pourparlers entre les deux protagonistes perdurent. D’ores et déjà, la crise actuelle a amputé la croissance de la zone Euro de 2% pour 2022 ; elle entre en zone dangereuse pré-récessive.

Les investisseurs les plus téméraires ont acheté sur les points bas. Il faut noter la résilience des conditions de liquidité des marchés financiers alors même que les conditions macroéconomiques ont radicalement changé (pétrole structurellement supérieur à 100$, Taux US 10 ans à 2,5% (+60 points de base), explosion du prix des matières premières). Sans se projeter aveuglément dans un pessimisme apocalyptique (très souvent relayé de manière immédiate par la sphère médiatique), il faut bien reconnaître que cette crise va laisser des traces durables. Néanmoins, comme toutes les crises dans le système capitaliste, elles représentent des accélérateurs et des révélateurs. Et c’était déjà vrai pour la pandémie.

La transition énergétique, la diversification des approvisionnements et l’amélioration de la chaîne logistique ainsi que le réarmement des pays limitrophes des zones de tension constituent des thèmes majeurs à long terme. Dans le cadre des allocations des clients, il ne s’agit pas de brusquer les réinvestissements mais plutôt de remettre progressivement du risque actions (américaines puis européennes) au sein des portefeuilles. En effet, les actions américaines constituent une option assez défensive/robuste sachant que le nouveau cycle monétaire y a débuté (relèvement des taux courts par la Fed et hausse des taux longs).

L’inflation demeure toujours un sujet pour le pouvoir d’achat à venir, l’immobilier (mais pas n’importe lequel) offrira un refuge et certains se tourneront donc aisément vers cette classe d’actifs réputée résiliente (à juste titre quand les taux sont bas). Cependant, elle ne supportera pas une hausse violente des taux d’intérêt long terme comme les budgets des Etats les plus dispendieux.

Si l’apocalypse nucléaire entre les démocraties et les démocratures n’a pas encore eu lieu, il est utile de rappeler cette formule d’Erasme dans l’éloge de la Folie (1509), applicable à toute situation humaine : « l’esprit de l’homme est ainsi fait que le mensonge a cent fois plus de prise sur lui que la vérité ».

La valeur du mois • TOTAL ENERGIES

Le groupe pétrolier français a décidé de se retirer de l’approvisionnement du pétrole russe (mais pas du gaz naturel dans le projet Yamal GNL). Ce retrait de Russie n’obérera pas sa capacité à distribuer des dividendes (rendement net supérieur à 6%) grâce à la solidité de ses cash-flows opérationnels.

La production russe représente 17% de la production du groupe et 30% de sa production de GNL, toutefois, financièrement elle est moins importante. Elle ne représente que 13.7 md$ soit 10% des capitaux employés.

Le mot de la fin

Pendant que les êtres humains se déchirent, les abeilles, elles par le biais de la pollinisation, vont continuer à participer au cycle printanier, au bourgeonnement et à l’éclosion des fleurs.

Ces insectes existent depuis cent millions d’années (découverte du plus vieux fossile pris dans de l’ambre) ; une leçon de longévité à méditer en quelque sorte.

La Plume VITALÉPARGNE par Igor DE MAACK – avril 2022

Retrouvez le précédent numéro de mars ” INVADER ” La Plume par Igor DE MAACK.

Rédacteur : Igor DE MAACK  • Presse : Stevens Lefort – slefort@vitalepargne.com

Publié par

Vitalépargne est une société de gestion de patrimoine implantée à Caen, Bordeaux, Nantes, Paris et Amiens, qui conseille ses clients dans la gestion de leur patrimoine privé et professionnel selon une approche adaptée et durable.

Pas de commentaires

Laisser un commentaire