Aperçu de la façade de la BCE avec des drapeaux européens.

La Plume par Igor DE MAACK : partie de cash cash

L’instant marché financier

Les banques centrales, surtout la Fed, ont sonné récemment la fin de l’argent (trop) facile et (trop) dispendieux.

Les liquidités vont donc progressivement être moins abondantes et les investisseurs vont devoir utiliser au mieux leur cash/trésorerie.

Le cash sort aussi de l’économie réelle puisque les données publiées de PIB au premier trimestre ont fait apparaître des contractions ou stagnations. Ainsi, aux États-Unis, le PIB s’est contracté de 1,4% et en France il a affiché un niveau étale.

En France, la consommation des ménages a d’ailleurs ralenti de 1,3%. Alors que les indices des prix progressent de plus en plus (+4,8% en avril en France), les grandes entreprises font état des difficultés d’approvisionnement liées à la guerre en Ukraine (cf le récent profit warning de Faurecia) ou la « congélation » de certains territoires en Chine (Shanghai) en raison de la résurgence de la Covid-19.

Il y a, cependant, des bonnes surprises (Saint-Gobain, TotalEnergies…) Par ailleurs, certaines grandes entreprises de la technologie ont déçu dans leurs résultats (Netflix, Google et Amazon…et entraîné la poursuite de la volatilité de l’indice Nasdaq. En France, l’étape de l’élection présidentielle a été franchie en attendant les élections législatives.

La continuité du pouvoir actuel rassure les marchés financiers et la poursuite de la construction européenne. Cependant, tous les regards des investisseurs seront tournés vers la situation chinoise et ukrainienne pendant encore quelques mois. L’arrêt des livraisons de gaz par la Russie à la Pologne et à la Bulgarie perpétue les craintes légitimes de pénurie d’énergie en Europe.

Si le cash disparaît sur une bonne partie de la planète, il y a des sujets qui l’attirent toujours. L’offre de KKR sur le producteur d’énergie renouvelable Albioma en témoigne. De même, il est difficile de ne pas parler d’Elon Musk et de son offre à 44 Md$ sur Twitter.

Après Paypal, Tesla, Neuralink (implants cérébraux) et SpaceX, cet entrepreneur transhumaniste tente de mettre la main sur la forteresse fragilisée des communications sur la place publique. Internet, biotechnologie, communication, « cosmisme », Elon Musk poursuit son chemin en faisant sienne la devise du scientifique Konstantin Tsiolkovski : « la Terre est le berceau de l’humanité mais personne ne passe sa vie dans un berceau ».

La valeur du mois • AMOEBA

Après une chute de plus de 90% de son cours de bourse, la cleantech Amoeba, le spécialiste des bio fongicides, a annoncé avoir vu ses produits autorisés par l’agence autrichienne, entraînant une hausse de son cours de bourse de 50%.

Le mot de la fin

L’immobilier parisien voit ses prix reculer à un rythme inédit pour la première fois depuis dix ans (-3,1% et sur les sept derniers mois) et la barre des 10 000¤ au mètre carré est franchie.

Le rationnement et le renchérissement du crédit ont joué sur les volumes de transactions, sur les délais de vente et sur les prix.

La Plume VITALÉPARGNE par Igor DE MAACK – mai 2022

Retrouvez le précédent numéro d’avril ” AUX PAYS DE L’OR NOIR ET DE LA MER NOIRE ” La Plume par Igor DE MAACK.

Rédacteur : Igor DE MAACK  • Presse : Stevens Lefort – slefort@vitalepargne.com

Total
0
Shares
Prev
Perspectives des marchés obligataires : attention au coup de frein (du moins aux États-Unis)
Next
Action Amazon : Potentiel haussier de +34% à +55% suite à l’effondrement de vendredi ?